Étoile et VieS

Nathalie Delaunay, Sophrologie et Réflexologie faciale (Dien Chan)

Retraite en Résonance

Ah, La Retraite !!!

Extrait : (Léonce vient d’être mise à la retraite) : « Le lendemain matin, elle ouvrit les yeux à 6 heures. Les oiseaux chantaient, comme chaque jour. Bien sûr, ils n’allaient quand même pas la boucler juste parce que Léonce était à la retraite, mais quand même, elle aurait apprécié un petit geste. 

Elle se leva et vit le carton qu’elle avait rapporté la veille. Ses affaires à elle. Un seul petit carton, voilà tout. Une vie entière de travail. Ça vous fait réfléchir. (…)

Forcément, se lever de bonne heure quand on ne travaille plus, ce n’est pas facile tous les jours. C’est curieux comme le temps prend un malin plaisir à passer lentement. Il traîne, c’est infernal. Léonce décida de faire un brin de ménage. Elle allait en passer du temps chez elle, maintenant. Elle nettoya l’appartement consciencieusement, mais la tristesse ne la quittait pas. Elle ouvrit le carton qu’elle avait rapporté de l’atelier.

« Je suis une vieille bique, je ne sers plus à rien. Je suis bonne à jeter. »

Elle se mit à pleurer pour de bon. Le carton absorbait ses larmes.

Et dire que quand elle était jeune, elle y pensait à la retraite ! Ne plus travailler, avoir ses journées rien qu’à elle, avec de la place pour faire des plans sur des comètes… 

La vérité, c’est que dans la vie, vous commencez par grimper les escaliers quatre à quatre, et vous finissez sur un monte-charge.(…) Tu parles d’une réjouissance ! »

Ondine Khayat, Les Petits Bonheurs 

Enfin !!! La-RE-TRAi-TE !!!

Et toutes ses possibilités : le temps libre, les grasses matinées, les siestes au soleil, les rêves qui se réalisent, les activités qu’on n’a jamais eu le temps de pratiquer, les amis, les petits-enfants, les voyages…

… les déprimes, les insomnies, les engueulades plus fréquentes avec son conjoint, la solitude, l’ennui, la panique, la baisse d’estime de soi, les incompris …

et toutes ses questions : « je sers à quoi maintenant ? », « je vais faire quoi de tout ce temps ? », « je ne vaux plus rien, la société m’a mis.e à la porte », « pfff ça sert à quoi, de toutes façons je vais bientôt mourir », « et si j’ai une maladie ? »

et toutes ces inquiétudes : « j’ai peur de la mort qui se rapproche », « mon conjoint ne me désire plus depuis que je suis à la retraite », « mes ami.es, eux travaillent encore, du coup je me sens seul.e », « je me vois vieillir, je me sens moche », « je sens bien que je n’ai plus les capacités d’avant » …

Toutes ces appréhensions jetées dans mon cabinet, si lourdes de tristesse, de peurs, de déception … de désespoir ! Alors la retraite ? Belle opportunité ou belle arnaque ? 

Vous accompagner pour :

L’adaptation du départ

Se construire une nouvelle vie, de nouvelles en-vieS

La Belle opportunité

Les petits bonheurs – livre

L’adaptation du départ

La retraite apporte un réel changement dans le quotidien : après 40 ans (ou plus) de bons et loyaux services, un simple « merci et adieu » – quand tout se passe bien ! – et vous voilà éjecté.e du monde du travail. C’est ainsi que peut être vécu le départ à la retraite … pas vraiment exaltant. Et pourtant …

Faire preuve de souplesse, d’adaptabilité, de créativité, tel est le challenge de ce radical tournant de vie, dont on sait qu’il est sans retour possible.

Faire le deuil d’une tranche de vie bien remplie, qui a – ou pas – réalisé les rêves de réussite sociale et familiale de notre adolescence.

Accepter que l’on n’a plus sa place dans ce monde-ci … mais pour autant est-ce prétendre que vous n’avez plus de place nul part ?

Vous accompagner pour : retraite-sens-sophrologue-annecy-seniors

  • Tourner la page en douceur … comme on le fait naturellement à l’adolescence pour passer à l’âge adulte, avec enthousiasme et fierté,
  • Faire le deuil de cette phase médiane de votre vie en remplaçant la nostalgie par la gratitude, et savoir repérer ce qui vous a été permis et offert durant cette période,
  • Arriver à renoncer aux rêves qui n’ont pas pu se réaliser et qui ne pourront plus l’être – peut-on tout réaliser dans une seule vie ?
  • Trouver de nouveaux repères dans ce nouvel environnement (chez soi toute la journée, le conjoint en permanence, le temps de tout – mais de quoi ? …),
  • Oser regarder le présent pour rêver et construire le futur.

Cette phase peut se préparer en amont du départ officiel, pour envisager cette étape et préparer le cerveau à ce changement.

Se construire une nouvelle vie, de nouvelles en-vieS

La retraite est un nouveau départ, une nouvelle tranche de vie qui commence, pleine d’inconnus, sur son nouvel environnement, ses nouveaux choix, son nouveau Moi.

Apprendre à se (re)découvrir est une première étape. Car passer d’un quotidien bien orchestré du matin au soir à un vide, d’un cercle social quotidien à des tête-à-tête permanents avec soi-même, peut donner le vertige. Et des angoisses peuvent apparaître. De l’anxiété, des inquiétudes, un sentiment de perdre pied. Solutions ?

Ancrage, respiration, introspection : qui suis-je dans ma soixantaine vide de projets ? Que veux-je réellement ? On nous laisse si peu l’occasion, depuis déjà les bans de l’école, de choisir en écoutant ce qui résonne au plus profond de soi-même, que lorsque le temps est enfin venu d’en avoir la possibilité, c’est bien déroutant. Une page blanche pour un bonheur à construire. Et panne sèche …

Donner un sens à sa nouvelle vie, à ce quotidien qui s’égraine, plus ou moins agréablement selon chacun. La sophrologie est un mode de vie à part entière qui reconnecte à soi, à son corps, ses facultés, ses ressentis, ses compétences, ses autres dimensions.

Vous accompagner pour :

  • Consolider les bases de votre sécurité intérieure – tout va bien, vous êtes juste en train de muer une nouvelle fois !,
  • Retrouver le chemin qui vous mène à vos envies et vos rêves en attente,
  • Découvrir vos talents cachés, encore inexploités, et qui ont toute leur place dans ce nouveau chapitre,
  • (Ré)ouvrir votre confiance à la beauté des lendemains sans nom… aux opportunités !

La Belle Opportunité

Vous en rêviez ? Vous l’attendiez avec impatience ? Ce repos, cette liberté … alors vivez-les !

Une fois que vous vous êtes adapté.e, que vous avez découvert qui vous êtes aujourd’hui et ce qui vous rendrait heureux-heureuse, il n’y a plus qu’à !

Tout est possible !

souplesse-senior-reflexologie-annecy Certes, des limites sont posées, physiques, financières, personnelles, mais il en est ainsi à chaque étape de la vie : quand on est enfant, et que tout est possible, on a cependant la limite de nos parents et de notre immaturité, compensée par notre innocente et indéfectible foi en la Vie. Retrouvez-la !

Quand on est adolescent.e, et que tout est possible, on a cependant la limite de nos parents (et oui encore !), de nos moyens financiers, des lois qui protègent nos droits et étouffent nos rêves, mais on a « l’insolence » de croire que rien ne peut nous résister. Retrouvez-la !

Quand on est trentenaire, et que tout est possible, on a cependant la limite de nos par… ah non c’est fini – ou pas !-, de nos enfants (ou plutôt de notre rôle de parent), de nos crédits, de notre carrière, compensées par cette confiance en soi et cette farouche volonté de réussir. Retrouvez-les !

Et ainsi de suite à chaque étape de notre vie : limites et qualités compensatrices. À l’âge de la retraite, c’est la même chose ; alors quelles sont les options pour détourner les limites à cette étape-ci ?

La Vie est un jeu !  Avec des règles, des obstacles, et des solutions. Jouez, imaginez, inventez, contournez, détournez, combinez, créez … et gagnez !

Vous accompagner pour :

  • Prendre la Vie comme un jeu et la retraite comme une nouvelle partie qui démarre,
  • Et donc retrouver la joie et l’enthousiasme de jouer avec les nouvelles règles, les nouveaux atouts, les nouveaux objectifs de ce jeu.
  • Voir EN VOUS les nombreuses solutions,
  • Oser modifier les règles et les adapter à vos circonstances et vos envies,
  • Bref, vous permettre de JOUER À LA ViE !

_______________________________

Vous êtes concerné.e par cette étape de vie, et souhaitez un accompagnement ? contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

La sophrologie et le dien chan sont des techniques complémentaires aux traitements médicaux prescrits qu’il convient de suivre.

_______________________________

Les Petits Bonheurs – Ondine Khayat : Quand Léonce se retrouve à la retraite … pérégrinations et péripéties d’une femme mûre et maussade, en quête d’un nouveau sens à sa nouvelle vie.

LesPetitsBonheurs-OndineKhayatLéonce a beau avoir 72 ans, être mise à la retraite du jour au lendemain lui reste en travers de la gorge. Soudain, elle se sent vieille et inutile, ce qui n’arrange pas son caractère.

Qu’à cela ne tienne, ses voisins décident de la sortir de cette mauvaise passe et vont s’ingénier à lui insuffler le goût de vivre.

Et ça marche ! Bienfaits des différences, rapprochement des générations, miracles de la solidarité, le tout saupoudré de fantaisie : rien de tel pour redécouvrir les joies de l’existence.

« – Qu’est-ce que vous avez, Léonce ?

– Rien du tout.

– Mais si, je vois bien que vous boitez. Vous marchez comme une vieille.

– Mais je suis vieille.

– Pas pour moi. Et Valentine pense pareil.

– Vous êtes complètement aveugles, les enfants !

– Au contraire. On est en pleine possession de nos moyens.

– Je dirais plutôt que vos moyens sont très limités. En fait, on est pareils, vous et moi. Vous ne pouvez pas encore, moi je ne peux plus. Total, on est coincés.

– On n’est pas coincés, nous.

– Et ben, qu’est-ce qu’il te faut ! Si tu veux aller quelque part, tu dois demander à ta mère, et si elle ne veut pas, tu restes cloué là.

– Si je veux aller quelque part, j’y vais.

– Ah bon ? Et tu fais comment ?

– J’imagine.

– Tu imagines ?

– Je pense très fort à l’endroit où je veux aller, et pour ça, je n’ai besoin de personne. J’y vais, c’est tout. »

… cela s’appelle de la visualisation créatrice positive en sophrologie

Une fin heureuse est-elle possible ?  A vous de lire la suite … ou de l’imaginer pour vous-même 😉 

La Maîtresse et l’Écolière

Sur un air de La Cigale et la Fourmi                                                      (merci monsieur Jean de La Fontaine)

Version adaptée                                                     Version originale

L’écolière ayant surfé l’Été,                         La Cigale ayant chanté tout l’Été,

Se trouva fort dépourvue                             Se trouva fort dépourvue

Quand la rentrée fut venue.                       Quand la bise fut venue.

Pas un seul petit texto                                   Pas un seul petit morceau

De troll ou de tweetos.                                  De mouche ou de vermisseau.

sophrologie-enfant-ecole-annecy

Elle alla tailler sa mine                                 Elle alla crier famine

Chez la Maîtresse sa copine,                      Chez la Fourmi sa voisine

La priant de lui prêter                                   La priant de lui prêter

Quelque tablette pour skipper                  Quelques grains pour subsister

Jusqu’aux vacances prochaines.              Jusqu’à la saison nouvelle.

 

Je vous prierai, lui dit-elle,                         Je vous prierai, lui dit-elle,

Avant Toussaint, foi de cybernétal,        Avant l’août, foi d’animal,

Conjugaison et calcul mental                     Intérêt et principal.

La Maîtresse n’est pas blogueuse,           La Fourmi n’est pas prêteuse,

C’est là son moindre défaut.                      C’est là son moindre défaut.

sophrologue-enfant-annecy-nathalie-delaunay-etoile

Que faisiez-vous au temps chaud ?        Que faisiez-vous au temps chaud ?

Dit-elle à sa forumeuse.                               Dit-elle à son emprunteuse.

Nuit et jour sur mon écran                         Nuit et jour à tout venant

Je likais, ne vous déplaise.                          Je chantais, ne vous déplaise.

 

Vous likiez ? J’en suis fort aise.                Vous chantiez ? J’en suis fort aise.

Et bien, étudiez maintenant !                     Et bien, chantez maintenant !

 

sophrologue-enfant-annecy-stress-ecoleMoralité :« Sans modération il n’y a ni raison, ni sagesse, et par conséquent point de vertu. »

Félicité de Genlis (femme de lettres bourguignonne – 1746-1830).

 

Leçon de vocabulaire associée :

Surfer : consulter internet en glissant de page en page avec aisance.

Texto : petit texte envoyé via le téléphone portable.

Troll : petit être se faufilant dans les conversations internet (verbe : troller).

Tweetos : individu qui utilise régulièrement le réseau social Twitter (verbe : twitter)

Tablette : écran plat qui donne autant de plaisir à son utilisateur que celle en chocolat à sa maman.

Skyper : discuter à distance par caméra interposée sur son ordinateur.

Cybernétal : enfant né à l’ère de la cybernétique (mot de fraîche composition).

Blogueuse : personne qui écrit des articles et les diffuse sur internet à l’intention d’inconnus.

Forumeuse : personne qui bavarde sur internet dans un forum, un espace de discussion publique.

Liker : de l’anglais, like, aimer. Cliquer sur un symbole pour manifester son intérêt pour un post.

Post : message écrit sur un forum ou un blog.

PS : l’abus d’ordinateur est dangereux pour la santé 😉

______________________________

Pour un accompagnement destiné à soutenir votre enfant durant son année scolaire, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

______________________________

Limpresario-sept-octobre2019-sophrologue-annecyParu dans LImpresario de septembre-octobre 2019

 

Liste des Articles du Blog

Pour vous faciliter l’accès aux articles déjà publiés sur ce blog, voici la liste par catégories, puis le résumé de chaque article pour vous donner envie de lire la suite. Si vous souhaitez être prévenu.e de la parution d’un nouvel article, envoyez-moi votre adresse email en passant par le formulaire de contact :

Des parcours de Santé :

blog-delaunay-sophrologue-annecy

  • Le Présent éphémère … Alzheimer
  • SEP, ses (encore) Possibles
  • Quand Parkinson déprime
D’Épreuves d’en-vies :
  • Retraite en résonance
Astuces À-Testées :
  • La Magie des Petits Carnets
  • Être Soi, cela va de Soi
  • Vivre avec et Vivre Heureux
Des Mots en Volée :
  • La Maîtresse et l’Écolière
  • Cocktail amical, à déguster sans modération
  • Travailler mieux…
  • De l’Ombre à la Lumière
  • Étoile et VieS
Des parcours de santÉ

Le Présent Éphémère … Alzheimer : de l’annonce du diagnostic à l’accompagnement de l’aidant, en passant par les petits plus (non négligeables !) que peuvent apporter la sophrologie, le dien chan et la psychologie positive aux personnes concernées par cette maladie : moral plus optimiste, acceptation de la situation, concentration renforcée, respiration efficace, rééquilibrage émotionnel, sommeil apaisé, ressentis corporels et sensoriels… tant d’aspects qui permettent d’améliorer le quotidien !!!!

La SEP, ses (encore)Possibles : Yvette a 60 ans et arrive à la retraite, avec dans ses cartons d’ancienne employée, les symptômes de la sclérose en plaques, qu’elle a déclenché il y a 26 ans maintenant. Suivez le parcours de ses séances pour constater son évolution vers plus de légèreté, d’estime d’elle-même et constatez les progrès dans sa vie de femme, de couple, ses relations amicales et familiales (ou rendez-vous directement à la conclusion pour connaître les bénéfices d’un accompagnement).

Quand Parkinson déprime : l’histoire de Gisèle, 83 ans, placée en résidence adaptée pour seniors par sa fille. Seule dans cet appartement sans vie, avec pour seule compagnie celle de Parkinson qui lui complique le quotidien depuis 4 ans, elle déprime. Découvrez ce que la sophrologie et le dien chan (multi-réflexologie faciale) lui ont apportée pour améliorer son quotidien : respiration, visualisations créatrices, apaisement des tremblements …

d’Épreuves d’en-vies

Retraite en résonance : ah la retraite ! ce moment tant attendu … mais qui parfois se révèle plus délicat que prévu ! Le passage à la retraite est un réel tournant qui modifie bien des éléments dans le quotidien ; s’y préparer est important. Se faire accompagné.e est parfois nécessaire pour retrouver ses repères, en créer d’autres, se reconnecter à soi et ses envies.

DES astuces À-testÉes

La Magie des Petits Carnets : l’écriture est un soutien incroyable et facile pour se confier, se libérer, prendre du recul. Et dansent les petits carnets sous nos mains libérées qui osent se livrer sans retenue ! Et que vivent ces fidèles confidents, discrets et inspirants, qui accueillent nos lettres et croquis, nos pleurs et nos vies ! Avec la chronique radio de France Bleue Pays de Savoie du 23 avril 2019.

Être Soi, ça va de Soi : il est peut-être plus simple qu’il n’y paraît de devenir Soi pour acquérir la Joie, la Paix, l’Enthousiasme … le Bien-Être avec soi-même. Un article publié dans le magasine Limpresario de mars-avril 2019.

Vivre Avec et Vivre Heureux : et si la Vie était un Jeu ? avec pour règle principale d’accepter. Accepter ce qui est, et improviser en fonction des cartes que l’on a dans les mains, en utilisant toutes ses ressources personnelles, pour continuer à construire – et à vivre ! – son Bonheur jour après jour.

Cette thématique est une récurrente lors de mes conférences, et la base de l’accompagnement que je dispense.

des mots en volÉe

La Maîtresse et L’Écolière : une fable de La Fontaine revisitée selon les influences cybernétales actuelles. Un article paru dans Limpresario de septembre-octobre 2019.

blog-delaunay-sophrologue-annecy

Cocktail amical, à déguster sans modération : voici une recette estivale pour des rencontres entre ami-es réussies. Un article paru dans Limpresario de juillet-août 2019.

Travailler mieux… Quand la spiritualité rencontre le monde du Travail : ou comment éviter le burn-out en redonnant du sens au travail que l’on exerce. Un article paru dans Limpresario de mai-juin 2019.

De l’Ombre à la Lumière : quand les jours diminuent et que le moral suit la même courbe descendante, comment préserver ce qui est l’essence même du bien-être ? Une solution est possible, à découvrir dans cet article paru dans Limpresario de novembre-décembre 2018.

Étoile et VieS : toute l’explication de la dénomination de mon entreprise.

Vous souhaitant de belles lectures !

Nathalie, semeuse d’étoiles

Vous pouvez également me suivre sur Facebook.

 

Le Présent Éphémère … Alzheimer

C’est rien qu’un vent de nostalgie, mamie

Qui fane comme un bouquet de fleurs,

Telle est la triste tragédie, mamie sophrologue-annecy-alzheimer-senior

D’une ritournelle sans auteur. 

C’est rien qu’une fichue mélodie, mamie 

Rythmée sur tes battements de cœur

Une rengaine tombée dans l’oubli, mamie

C’est la symphonie d’alzheimer.

Barcella pour Lucie, La Symphonie d’Alzheimer. 

Accompagner dans l’Alzheimer les aidés et les aidants 

La maladie d’Alzheimer touche 800.000 personnes, dont 33.000 de moins de 60 ans. 2 malades sur 3 sont des femmes et 225.000 nouveaux cas sont détectés par an.

C’est une pathologie neurodégénérative complexe qui entraîne un dysfonctionnement des connexions entre les neurones. Elle affecte progressivement les fonctions cognitives de l’individu : mémoire, langage, raisonnement, apprentissage, résolution de problèmes, prise de décision, perception, attention, troubles d’orientation dans le temps et l’espace…

Âh tant tu m’en dis !

Serait-ce jour de fête ? Alzheimer-séquelles-sophrologie-annecy

4 A rien que pour moi : 

Aphasie, Amnésie, Agnosie, Apraxie 

Lequel est-ce que je choisis ?

Franchement, je ne sais pas ;

C’est trop, j’en perd la tête.

Adieu l’Autonomie.

L’accompagnement que je propose se positionne en début de maladie (ou tout au long pour l’aidant) ; il vise à améliorer le quotidien de la personne :

  • en acceptant et apprenant à « vivre avec »,
  • en atténuant certains symptômes,
  • et surtout en continuant à percevoir les aspects positifs et ressourçants de la Vie.

Il est très donc utile également pour l’entourage et les aidants.

J’associe le Dien Chan (technique de multi-réflexologie faciale) à la Sophrologie et à la Psychologie positive, pour adapter chaque séance à votre état du moment, à votre personnalité et à votre rythme.

L’annonce de la maladie

Les symptômes comportementaux et émotionnels

Les dégénérescences physiques

Les troubles de la mémoire

L’accompagnement des aidants et de l’entourage

Littérature et autres envolées

L’annonce de la maladie

Le premier choc est lié à l’annonce officielle de la maladie. « J’ai cru que le temps se figeait en moi ! »  Le stress et l’angoisse peuvent être apaisés par des exercices de respiration, d’ancrage et de reconnexion aux sensations corporelles agréables. Des séances en couple ou en famille sont, à ce stade, très importantes pour traverser cette épreuve ensemble.

aide-senior-parkinson-sophrologie

La psychologie positive vous apprend :

  • à relativiser et à accepter ce qui est (non pas nier ou détourner le regard, mais à voir la situation telle qu’elle est réellement, sans amplification).
  • à faire le deuil de ce qui était … comme nous sommes amenés à le pratiquer à chaque étape de notre vie si l’on veut être libre du passé ; la Vie étant impermanence et fluctuante.
  • puis à apprendre à vivre l’instant présent, avec toutes ses beautés cachées ; personne ne peut dire exactement comment va évoluer la maladie, à quelle vitesse, sous quelle forme, alors autant vivre les moments dans l’instant où ils se produisent avec le moins d’anxiété ou d’inquiétude possible.

Les symptômes comportementaux et émotionnels 

La maladie d’Alzheimer peut provoquer des états dépressifs, de l’anxiété, de l’irritabilité. Réguler l’état émotionnel permet à la personne de mieux s’impliquer dans son processus de soins, et d’éviter d’aggraver les symptômes.

Peut s’en suivre une amélioration de la qualité du sommeil, qui peut être lui aussi perturbée par la maladie. « J’ai appris à respirer pour faire sortir de moi les émotions qui m’empêchaient de dormir, et les remplacer par des souvenirs qui m’étaient agréables et m’apaisaient. »

La Sophrologie, par ses différentes approches, permet de rééquilibrer les troubles comportementaux et émotionnels engendrés par la maladie. Elle aide la personne à trouver des réponses ponctuelles, et personnelles, à certains de ses symptômes.

L’estime de soi est également affaiblie ; il est donc vital de la renforcer pour garder le moral, et éviter d’accélérer l’impact de la maladie. L’Être humain reste un être respectable jusqu’au bout, et cela commence par le respect que l’on a de soi-même en restant digne, la tête haute, le regard fier, et le plus heureux possible. Réflexologie-senior-parkinson-sophrologie

Le Dien Chan, qui agit via les terminaisons nerveuses situées sur le visage, est un excellent complément pour l’amélioration de ces symptômes.

Les dégénérescences physiques

La maladie d’Alzheimer peut également conduire à des troubles moteurs. La personne éprouve alors des difficultés à maîtriser son « schéma corporel » et par ricochet avoir du mal à se déplacer avec aisance ou à effectuer certains mouvements.

La Sophrologie apporte des exercices en mouvements lents, synchronisés sur la respiration, pour prendre conscience de son corps, et retrouver les délimitations et les capacités réelles de son corps (la peur engendre une sous-estimation de ses capacités). « J’aime la lenteur des mouvements de relaxation active ; ils vont à contre-sens de mes inquiétudes et me remettent en accord avec mon corps. »

Développer ses ressentis, ses sensations musculaires, corporelles, ses cinq sens, permet de donner une autre valeur qualitative aux événements vécus.

Sophrologie-Alzheimer-mémoire

Les troubles de la mémoire 

La Sophrologie ne peut agir sur les symptômes cognitifs dues à l’évolution neuronale, mais elle peut créer de nouveaux chemins de mémoire et renforcer la concentration de la personne.

En début de maladie, elle stimule les capacités du malade en travaillant sur des pratiques de visualisation, ou de stimulation des cinq sens pour activer d’autres types de mémoire. L’idée étant, comme pour chaque maladie, de développer d’autres facultés pour contourner et contrebalancer celles qui sont abîmées ou diminuées. Se servir des souvenirs encore présents et des sensations agréables qui y sont associées pour les replacer dans le moment vécu est aussi une des techniques pour améliorer le quotidien et y replacer de l’optimisme.

Tes souvenirs d’avant
Tu sais je veillerai sur eux.
Je les rattraperai au vent,
Je te raconterai si tu veux.

 Mémoire-alzheimer-sophrologue-annecyJe nouerai des ficelles
À tes souvenirs qui s’étiolent,
Et le jour où ils s’envoleront
Moi j’en ferai des cerfs-volants.
Mais oublie pas mon nom.

L’accompagnement des aidants

Le soutien des proches est primordial pour le malade.

Or, les témoignages de l’entourage montrent la difficulté à faire face : tristesse, découragement, culpabilité, sentiment d’impuissance sont souvent évoqués. 29% des aidants se sentent anxieux et stressés, 25% ressentent une fatigue physique et morale. Il est alors nécessaire de consacrer du temps à soi.

La Sophrologie permet de travailler à relâcher ses tensions, à se libérer de son anxiété ou son désarroi par des exercices simples et qui peuvent être facilement reproduits. Soulagés, les aidants qui jouent un rôle fondamental, sont alors plus à même de préserver leur propre bien-être dans cette forte disponibilité dont ils doivent faire preuve. sophrologie-et-mémoire-personnes-âgées

Il en est de même pour le personnel soignant, qui peut se sentir très éprouvé face aux comportements des personnes atteintes d’Alzheimer, notamment dans les maisons de retraite.

Des séances en couple ou familiales renforcent les liens et la complicité entre le malade et son entourage, par une expérience commune pour atteindre un état de détente fort appréciable et bénéfique. « Quand je vois briller les yeux de mon mari après une séance commune, ça me réchauffe le coeur. Je retrouve de la force pour l’accompagner encore dans sa maladie. »

_____________________________

Vous êtes concerné.e par la maladie d’Alzheimer, porteur ou aidant, et souhaitez un accompagnement ? contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

La sophrologie et le dien chan sont des techniques complémentaires aux traitements médicaux prescrits qu’il convient de suivre.

_____________________________

Littérature et autres envolées

Sites internet

Alzheimer Haute-Savoie : http://www.alzheimerhautesavoie.fr

France Alzheimer Haute-Savoie : https://www.francealzheimer.org/hautesavoie/11-2/

Insern : https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/alzheimer-maladie

Livres

Besson (Nelly), Dufaux (Eva) : Maladie d’Alzheimer et Sophrologie CaycédienneÉdition SofroCay, 2013, 175 pages.                                                Bien qu’un peu technique par le vocabulaire utilisé, cet ouvrage présente des séances de sophrologie qui peuvent être reproduites chez soi, ensemble, aidé et aidants.

Insern, Plongée au cœur d’Alzheimer.                                                            Bande dessinée expliquant le mécanisme de la maladie.     https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/alzheimer-maladie/plongee-coeur-alzheimer

Ernaux (Annie), Je ne suis pas sortie de ma nuitÉdition Gallimard. 1999, 115 pages.                                                                                                               Dans son ouvrage Je ne suis pas sortie de ma nuit, l’écrivain livre le récit bouleversant d’une fille accompagnant sa mère dans cette maladie et assistant impuissante à la lente détérioration de son état.

Huguenin (Cécile), Alzheimer mon AmourÉdition Éloïse d’Hormesson. 2011, 127 pages.                                                                                       Que faire quand on découvre que sa moitié est atteinte par la maladie d’Alzheimer, peu à peu rongé par l’oubli, incapable de vivre sans vous ? C’est le récit de sa propre vie et de son amour pour Daniel, son mari, que nous livre Cécile Huguenin.

Monpontet (Michel), L’étrange et drolatique voyage de ma mère en AmnésieÉdition Lattès. 2018, 500 pages.                                                                  « Ma mère (89ans) ne perd pas la tête. Elle la laisse juste vagabonder de plus en plus ailleurs, dans des contrées étranges, souvent inquiétantes, menaçantes, mais parfois merveilleusement poétiques. Des pépites précieuses dans sa débâcle qui nous amusent et nous enchantent autant elle que moi ».

Roumanoff (Colette), L’homme qui tartinait son épongeÉdition La Martinière. 2018, 275 pages.                                                                                            Après avoir accompagné dix ans son époux et entendu les confidences de centaines de personnes, Colette Roumanoff a imaginé un projet inédit sur la maladie d’Alzheimer. Et sur ce sujet qui touche 850 000 personnes chaque année, elle a une parole rare.

Et tellement d’autres livres-témoignages, livres guide, livres conseils … !

Chansons

Barcella : La symphonie d’Alzheimer

Didier Barbelivien : Les violons du passé.

Lara Fabian : L’oubli.

Ingrid Saint-Pierre : Ficelles.

Zaz : Si je perds.

Vous êtes concerné.e par la maladie d’Alzheimer, porteurs ou aidant, et souhaitez un accompagnement ? contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

 

Cocktail amical : à déguster sans modération !

Juillet, août, les voilà ! ces beaux mois d’été qui sentent bon le farniente, les embruns, les randonnées, les barbecues, … et les apéros entre ami-es ! Voici une recette de cocktail pour se désaltérer le moral sous la chaleur amicale.

Choisissez de beaux fruits de la passion et prenez des gens de bonne compagnie ; saupoudrez-les d’un trait d’humour, et laissez-les reposer toute une nuit au frais.

cocktail-sophrologie-annecy-delaunayLe lendemain, une fois les idées claires, sélectionnez des envies communes, pesez le pour et le contre, écumez les pépins du quotidien, et réservez le meilleur dans une panière à fruits de l’abondance. Faites-les sécher au soleil.

Attention : pour éviter les coups de solitude, protégez la peau de vos acolytes d’une couche de tendresse, à renouveler toutes les trois heures.

Reprenez la composition de la veille, et à l’aide d’une étreinte, écrasez les derniers grumeaux de fatigue, puis versez le tout dans un blender à blagues ; ajoutez quelques éclats de rire et mixez l’entente jusqu’à obtenir une assemblée joyeuse et détendue.

Si vous désirez une version plus smoothie, complétez avec une cuillerée de générosité et des glaçons de délicates attentions.

Juste avant de servir, ajoutez un jus de lâcher prise, sans se presser – le citron. Placez une rondelle de fiesta sur le rebord du verre, décorez d’un feu d’artifice, c’est prêt !

cocktail - etoile-et-vies - nathalie-delaunay - annecyPour accompagner ce cocktail, vous pouvez préparer de fines chips de complicité. Pour cela, coupez en tranches de vie les souvenirs agréables, disposez-les en vrac sur une anecdote et arrosez-les d’un zest de nostalgie douce (conseil : éviter l’eau-rance amère, qui peut faire virer l’ambiance). Passez au four – solaire ; l’histoire doit légèrement s’embellir pour rester craquante.

À savourer dans l’instant présent et la gratitude. Idéal pour un pique-nique en bord de rêves ou après une parenthèse enchantée.

Rappel : pensez à vous protéger des U.V. (ultimes variations – d’humeur) ! Mettez-vous à l’ombre des sarcasmes, portez un chapeau d’insouciance, des lunettes de sérénité, et appliquez une crème de partage indice sens (les cinq).

______________________________

Pour un accompagnement destiné à améliorer votre relationnel, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

______________________________

Limpresario-cocktail-sophrologie-annecy   Publié dans LImpresario, juillet-août 2019

 

 

La SEP, Ses (Encore) Possibles !

Yvette a bientôt 60 ans. Grande, mince, les cheveux courts et la tête baissée, elle arrive en marchant lentement, précautionneusement, essoufflée. Elle me regarde à peine, parle peu, « oui », « non », je dois faire preuve de subtiles questions pour en savoir plus sur son état intérieur et ses attentes.

Yvette a la sclérose en plaques. Depuis 26 ans.

Je ressens un mal-être permanent depuis 2 ans. »

Aujourd’hui Yvette est en arrêt de travail, depuis 3 ans ; bientôt en retraite officielle. « Au début, je faisais avec, mais là … ». Mais là, elle est fatiguée, déprimée. Tout est difficile à exécuter dans le quotidien, faire les courses, la vaisselle, s’occuper de ses petits-enfants, rester debout pour faire à manger, « le ménage on en parle même pas ! »

Je vais accompagner Yvette pendant plusieurs séances durant l’hiver 2018-19. Chaque rencontre lui a apporté un nouvel outil pour prendre soin d’elle dans ce quotidien qui change, et préserver son moral et son estime d’elle-même. Vivre debout et fière, comme l’être humain qu’elle est.

(Si vous voulez connaître les améliorations que cet accompagnement lui a apportées, rendez-vous directement à la conclusion. Sinon, découvrez l’histoire de Yvette au fur et à mesure des séances.)

1- Apprendre à transformer le mal-être en mieux-être

sophrologie-senior-heureux-La mise en arrêt maladie a accentué son sentiment de « se dégrader ». La première séance sera axée sur les basiques de la sophrologie : ancrage et respiration ample.

Pendant les exercices, Yvette ne ressent pas ses pieds, ni ses jambes … mais en a-t-elle vraiment envie ? Retourner dans ce corps qui l’a trahi, qui la fait « vieillir plus vite que ce qu’elle avait imaginé », qui lui fait mal aussi, quel intérêt ? La fuite dans les ressassements mentaux et les agitations émotionnelles est plus confortable … au premier abord !

La pratique de l’ancrage permet au contraire de réaliser que lorsque l’on est bien installé dans ce corps, qui est notre véhicule depuis le premier jour, on peut faire face aux perturbations extérieures de la vie de manière plus efficace et plus stable. Avec plus d’assurance, de lucidité, d’optimisme aussi. Et ce, quelques soient les modifications qu’il subit au fil des années.

« J’ai la gorge serrée et un poids là » m’explique-t-elle en me montrant sa cage thoracique. Les exercices de respiration lui feront prendre conscience de sa posture affaissée, qui lui coupe la respiration … et les envies. Une fois le buste redressé, sa respiration gagne en ampleur, et au fil des séances et de ses entraînements inter-séances, Yvette apprend à respirer avec toute la capacité de ses poumons, jusqu’aux abdominaux, à évacuer ce poids  et à rouvrir sa gorge – progression qui se présentera dès la première pratique en séance.

2- Garder le moral… ou au moins l’améliorer

Je suis un poids pour mon mari, ça me rend triste. »

À la deuxième séance, Yvette, qui corrige plusieurs fois sa posture durant l’heure pour se redresser devant moi, m’avoue qu’elle accepte mal de devenir de plus en plus dépendante de son mari pour ses sorties et les tâches du quotidien : « Moi qui ai toujours mené ma maison toute seule ! élevé mes enfants ! » Yvette s’est toujours occupée des autres : de son mari, de ses enfants, de ses amies. Qu’il est dur pour elle aujourd’hui de se laisser aller aux bons soins de son entourage !

SEP-sophrologie-annecyPar une séance d’hypnose, nous allons à la rencontre de ces émotions de culpabilité et d’auto-jugement, pour les effacer et les remplacer par une ressource agréable – Yvette a choisi, en état de conscience modifiée, de planter des fleurs aux couleurs chatoyantes et aux parfums subtiles ; chaque fleur représentant pour elle l’aide qu’elle peut apporter, à sa manière, dans l’organisation des tâches quotidiennes.

Pour compléter, je l’invite à prendre une Fleur de Bach et à placer une intention positive à chaque prise des gouttes, soit 4 fois par jour, pour renforcer le travail installé en hypnose.

3- Accepter la maladie et ses conséquences

Aujourd’hui, Yvette est fatiguée ; les turpitudes des fêtes de fin d’année ont eu raison de sa forme. Et sans la forme physique, elle perd le moral. Elle n’a pas envie de donner d’elle-même dans un exercice de sophrologie. Nous utiliserons donc le dien chan pour agir sur son état de fatigue.

Le dien chan est une technique naturelle de réflexologie faciale : avec mes doigts ou des outils spécifiques, indolores, je stimule des zones réflexes sur le visage, qui sont en concordance avec des parties du corps ou des organes. Puis en pratiquant une formule de points correspondant aux terminaisons nerveuses, j’oriente le soin sur la problématique du moment : sommeil, manque de tonus, tension trop élevée, angoisses, inflammation, émotionnel déséquilibré,

SEP-réflexologie-annecy-douleursPour aujourd’hui, après avoir activé la zone réflexe des reins sur le visage, je stimule les points de la formule pour remonter le Qi, cette énergie vitale qui se loge dans les reins.

Yvette ressent un apaisement à la fin de la séance, ce qui lui permet de mieux accepter cet état de fatigue transitoire.

Elle m’annoncera qu’elle s’est sentie beaucoup mieux pendant les jours qui ont suivi notre rendez-vous. Son sommeil s’est également amélioré et elle a continué à stimuler ses reins en massant régulièrement les zones rénales sur le visage et sur le corps.

4- Entretenir sa confiance pour diminuer les symptômes

Depuis 3-4 ans, Yvette boitille de la jambe droite, plus ou moins selon les jours. Ces derniers jours, elle se prend régulièrement les pieds dans des marches, des trottoirs, des cailloux. Ses jambes ne se lèvent pas assez, selon ses dires.

J’invite Yvette à passer dans la grande salle, pour expérimenter la marche en conscience ; elle a maintenant suffisamment d’expérience avec les outils de la sophrologie pour se sentir l’aise dans la pratique. Les yeux fermées, elle déploie ses jambes avec lenteur pour observer chaque ressenti, chaque muscle, le tout en respirant paisiblement et en cadence. Petit-à-petit, sa posture générale se redresse, ses lèvres se tendent d’un sourire : elle a retrouvé sa droiture et la confiance en sa capacité à avancer, autant physiquement que moralement.

sclérose en plaques sophrologieEn fin de séance, alors que j’ouvre la fenêtre pour aérer la pièce, j’aperçois Yvette se dirigeant vers sa voiture : quelle belle surprise que de constater que son boitillement s’est atténué !! La preuve s’il en était besoin, qu’une partie de celui-ci était dû à un conditionnement psychologique, à de la fatigue ou à du stress, et non à une aggravation des symptômes de la maladie !

5- « C’est mon anniversaire, j’ai pas envie ! » – Préparation mentale

« Mes enfants veulent organiser un repas pour mon anniversaire, mais je n’ai pas envie. Ils ne se rendent pas compte du travail que c’est ! Moi je n’ai pas la force ! Et je ne veux pas que ça retombe sur mon mari. »

Yvette appréhende et doute de sa capacité à supporter la préparation, l’excitation de chacun, ses propres émotions contradictoires de joie et de tristesse.

Et puis, il y aura quelques collègues de travail, je ne veux pas qu’elles voient ce que je suis devenue. »

Peur des regards fuyants, des mots de pitié, d’un possible malaise.

Nous allons donc effectuer une préparation mentale, comme un grand sportif se prépare à une compétition : en imaginant le jour J et chaque étape avant le jour J, en y insérant des compétences qu’Yvette a eu possédé et en les réveillant, ou en en activant de nouvelles. Et je l’invite à répéter la préparation autant de fois qu’elle le jugera nécessaire pour vivre au mieux ce beau moment de vie. SEP-sophrologie-thérapie

« L’anniversaire s’est bien passé, je vous remercie » me dit-elle à la séance suivante. « Maintenant, je veux aller mieux ! J’ai une autre demande pour aujourd’hui… ».

6- Une sexualité différente mais épanouie et épanouissante

 J’ai envie de plaire à mon mari »

C’est ainsi qu’Yvette démarre la séance, juste après les mots d’usage : « bonjour, je vais bien et vous ? ».  Étonnement en mon for intérieur : Yvette a bien changé depuis la première séance ! Où est cette femme timide et recourbée que j’ai accueillie il y a plusieurs semaines ? Elle me fait penser à une fleur qui s’est ouverte tout doucement à son rythme et qui aujourd’hui s’exprime aisément sur tout sujet concernant son quotidien. Quelle assurance, quelle liberté elle a gagné !

La SEP a rendu délicates certaines positions, certaines caresses ; l’image de sa féminité s’est ternie : elle se sent tellement dépendante de son mari pour la gestion du quotidien, comment peut-elle encore se sentir digne de partager son intimité avec lui ?

Les premières séances d’accompagnement lui ont permis de redresser la tête, d’accepter qu’elle peut participer autrement, avec des propositions d’idées, des remerciements, une organisation différente de l’agenda,… Elle a compris qu’elle peut s’adapter à ces changements. Il en est de même pour la sexualité ! « Je veux aller mieux ! je veux relancer ma libido ! » m’affirme-t-elle avec conviction.

Une visualisation créatrice pour se reconnecter à son image de femme sensuelle, associée à une séance de dien chan pour stimuler les organes féminins, – et quelques conseils entre femmes 😉 – lui permettront de « retrouver sa dignité » et de se présenter digne et belle devant l’homme qu’elle aime depuis 40 ans.

SEP-sexualité-nathalie-delaunay-annecy-sophrologie

C’est sur cette thématique que mon accompagnement se clôture, Yvette se sentant à nouveau en pleine possession de ses potentiels intérieurs.

 

Conclusion

En six séances, Yvette a retrouvé le sourire – n’est-ce pas là le plus important ?

Sa sclérose en plaques est toujours là bien sûr, mais elle a appris différencier les symptômes causés par la maladie de ceux entraînés par le stress, la tristesse, la rancœur, la résistance à sa présente… ou à l’avancée dans l’âge tout simplement.

  • Elle sait comment atténuer les uns et les autres, avec des exercices d’observation de soi, des pratiques diverses de respiration, de marche consciente pour se recentrer, des visualisations pour prendre du recul ou modifier un état interne.
  • Elle s’entraîne à écouter son corps pour en percevoir les espaces de ressentis agréables ; elle se permet de se reposer quand son corps en a besoin.
  • La marche consciente la recentre, développe son équilibre et son ancrage, ce qui diminue ses chutes et augmente sa confiance en elle et en son corps.
  • Yvette travaille également à effacer ce sentiment de culpabilité qui l’empêchait d’apprécier la vie malgré tout, de s’autoriser à rire, à être heureuse, à s’offrir des petits plaisirs.
  • Enfin, Yvette se considère à nouveau comme une femme, autre, différente certes, mais toujours une femme.
  • Elle et son mari se redécouvrent en se créant une nouvelle sexualité, où la performance n’a pas d’importance, où l’intimité, le respect de l’autre, la découverte des goûts de soi et de l’autre, la capacité à les exprimer en sont les piliers du plaisir intime.

Yvette explore SES POSSIBLES, Yvette revit !SEP-sophrologue-annecy-nathalie-delaunay

Vous êtes concerné.e par la SEP ou SLA et souhaitez un accompagnement ? contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

Les « Parcours de santé » sont un condensé de plusieurs histoires de personnes reçues à mon cabinet, étant toutes au même stade de la maladie ; ils rassemblent les constantes des thématiques abordées pendant les séances.

Le prénom est totalement fictif, toute ressemblance n’est que le hasard d’une évidence du quotidien des personnes ayant la sclérose en plaques.

L’accompagnement que je dispense est en complément du suivi médical qu’il est impératif de maintenir.

Travailler mieux …

Quand la spiritualité rencontre le monde du travail ….

(ou comment le travail peut mener au burn-out

quand il perd de sa substance première ….)

 

Au 1er Mai, tout est dit : faites du travail et Dieu s’élèvera1… plait-il ?

 

travail-spiritualité-annecy-sophrologieEn ce même jour se rencontrent la Fête du Travail, la saint Joseph Artisan, celui qui travaille consciencieusement dans l’intimité quotidienne de Jésus, et la saint Jérémy, de l’hébreu yremiyah, Dieu a élevé, Dieu élèvera. Tout cela l’un dans l’autre, la spiritualité aurait-elle sa place dans le monde du travail ?

Mais de quel travail parle-t-on ?

Travail collectif, travail sur soi, travail acharné, travail désincarné, travail élitiste, travail de masse, travail à la chaîne, travail d’orfèvre, travail de parturiente2, travail de forcené, travail d’écolier, travail de salarié, travail d’indépendant, travail de dépendant ?

Et la spiritualité, c’est quoi au juste ?

« qualité de ce qui est de l’esprit, de ce qui est dégagé de toute matérialité », « ce qui concerne la doctrine ou la vie centrée sur Dieu et les choses spirituelles » (Larousse).

Alors comment relier l’immatériel au monde de l’entreprise ?

burn-out-sophrologue-annecy

La spiritualité, c’est prendre ses responsabilités, faire remonter en soi le meilleur de son être et le diffuser dans le monde. Tout un travail !

Fait de joie et de souffrances, de doutes et de persévérance, de deuils et de renaissances. Un travail à temps plein, où l’on est son propre patron, exigeant, impatient parfois, conciliant à d’autres moments. En période d’essai permanente. En découverte assurément.

Quand je suis employé.e, ouvrier-ère, salarié.e, collègue, patron, j’assume un rôle ; et quand je rentre chez moi, j’en assume un autre : parent, époux-se, enfant, colocataire.  Mais au plus profond de moi, je reste le-la même : un être spirituel, merveilleusement beau et riche, qu’il me revient de ramener à la surface pour le faire briller aux yeux de tous et le partager aux cœurs des autres.

Là est la beauté du travail qui occupe nos journées : enrichir nos expériences, embellir nos journées, développer nos compétences, nourrir nos envies, répondre à nos besoins quels qu’ils soient, et rayonner notre bien-être le plus possible.

Alors quelque soit le degrés d’efforts engendrés par le travail, de la torture3 à la simple résistance de fond, le travail fait progresser, avancer, et nous élève un peu plus vers notre but.

Jusqu’au burn-out … ?

Doit-on supporter n’importe quelle situation professionnelle sans aucune condition sous prétexte qu’il y a des leçons à tirer de tout ? Certes non ! alors jusqu’où accepter l’effort dans le travail ?

La limite est propre à chacun.e. Pour autant, lorsque les émotions entrent dans une zone de perturbations quotidiennes, il est temps d’écouter pour entendre ce qui s’est déréglé en soi : énervement permanent, tristesse sous-jacente, contrariétés répétées, insatisfactions, perte d’intérêt ou oubli de ses plaisirs personnels … tout des signes que notre bien-être n’est plus.

Nous revient alors un nouveau travail :

bien-être-au-travail-sophrologie-annecyTisser jour après jour l’équilibre entre l’investissement enthousiaste à la tâche, le plaisir à créer et construire, l’épanouissement personnel interne, la conscience professionnelle et le respect de mon repos nécessaire (mental comme physique).

Et si l’on aspire à plus de légèreté, pourquoi ne pas opter pour la solution qui transforma le travail en un voyage4 … voyage à l’intérieur de soi pour embellir les relations à l’extérieur, au travail ou ailleurs.

Alors après ce premier jour de repos bien mérité, en ce mois de mai, permets-toi de faire ce qui te plait ! Respecte-toi, écoute tes limites et Sois toi.

______________________________

Pour un accompagnement pour surmenage (professionnel, estudiantin, parental) ou suite à un burn-out, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

______________________________

1 1er mai : fête du Travail + saint Jérémy (de l’hébreu « yremiyah », Dieu a élevé, Dieu élèvera)

2 La parturiente est la femme enceinte en train d’accoucher.

3 Le mot travail viendrait du mot latin « tripalium », qui était un outil de torture à trois branches. Une autre hypothèse voudrait que ce soit le mot trabs, qui signifie « poutre », et a généré le mot « entraver »,à l’image des animaux que l’on entrave d’une poutre pour les faire travailler aux champs ou au moulin.

4 Travailler et « travel », voyage en anglais, auraient les mêmes racines médiévales.

Limpresario-mai-juin2019-burn-out   Publié dans LImpresario, mai-juin 2019

 

 

La Magie des Petits Carnets

Le Carnet est un outil précieux, simple et efficace, soit comme défouloir soit pour prendre du recul par rapport à une situation.

Se confier

journal intime sophrologue AnnecyOn connaît l’efficacité du journal intime qui peut servir à y jeter les trop-pleins émotionnels, ses inquiétudes, ses joies intimes et intenses, ou ses secrets ; ainsi on s’allège, on se libère, on se confie. C’est une forme d’écoute, de soi à soi, qui est extrêmement importante pour que la partie blessée ou inquiète en nous se sente reconnue. Cela facilite le processus de guérison d’une blessure, quelque soit son degrés de profondeur.

S’alléger

Noter permet aussi d’alléger le mental, surtout pour les personnes qui ont tendance à ressasser (encore et encore et encore…) ou à analyser toutes les problématiques dans tous les sens : en posant sur papier les informations, le cerveau sait qu’il peut se reposer et laisser de côté cet élément puisqu’il est noté sur le carnet. Pas besoin de relancer la mémoire sur ce sujet ! La journée, vous pouvez ainsi vous concentrer sur l’essentiel du moment … et la nuit vous reposer plus profitablement.

Prendre du recul

Enfin, noter les événements que l’on vit est une bonne solution pour prendre du recul quand on n’arrive plus à analyser une situation.

En effet, la mémoire est sélective : selon l’émotion du moment et l’intérêt que l’on aura, inconsciemment, de garder un souvenir plutôt qu’un autre, la mémoire va conserver une partie de l’événement, en le colorant d’une certaine manière émotionnellement. Et plus les jours passent, plus les souvenirs s’altèrent et se déforment sous l’influence des croyances, de l’ego, des dires des gens autour de nous …

En relisant ce que l’on a écrit il y a plusieurs semaines, on peut être surpris de se rendre compte que ce dont on se souvient ne correspond pas tout-à-fait à ce que l’on a écrit. Que des détails nous ont échappé, ou que tout s’est mieux déroulé que ce que l’on avait imaginé.

 

sophrologie Annecy carnets

Le Carnet est un fil repère dans le labyrinthe de nos pensées  déformantes pour nous ramener à une réalité plus agréable.

Des exemples de carnets

Le carnet de gratitude : noter les cadeaux que la Vie vous fait chaque jour est un excellent moyen de voir la vie sous un meilleur angle.

Le carnet de mes humeurs : parfois, on a l’impression de ne jamais se sentir bien. Noter vos humeurs chaque jour, puis chaque demi-journée, vous fera voir la vraie variation de vos humeurs.

Le carnet mode d’emploi : je m’observe pour comprendre comment je fonctionne, repérer les attitudes qui me nuisent, et ensuite réfléchir à la façon dont je peux améliorer mon comportement ; tester et noter les différences.

Le carnet mode d’emploi de l’autre : comment mon conjoint, mes enfants, mes parents, fonctionnent, ce qui leur fait plaisir, mais aussi ce qui les blesse, ce qui les vexe, pour prendre conscience de ce qui, dans mon attitude, peut heurter un point en eux, et voir comment je peux parler ou agir autrement pour embellir ma relation.

Le carnet de l’optimisme : noter les éléments positifs de la journée, ce qui s’améliore, ce qui progresse, en soi ou autour de soi.

carnet sophrologie Annecy

Alors …. à vos carnets !!!

Pour écouter la chronique sur France Bleue Pays de Savoie sur la magie des petits carnets, cliquez sur ce mot.

 

____________________________________

Pour aller plus loin dans le développement de votre mieux-être et bénéficier d’un accompagnement, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

____________________________________

Quand Parkinson déprime

Gisèle N., 83 ans, Parkinson et déprime

« J’habitais dans une jolie maison qu’on avait achetée mon mari et moi, au bord du lac, avec un jardin dont je pouvais m’occuper. J’étais souvent dehors. Mais voilà, ma fille s’inquiète pour moi, alors elle m’a placée dans cette résidence adaptée pour les seniors… mais je m’ennuie ! Ça n’est pas chez moi. Et puis avec Parkinson qui s’est déclenché il y a 4 ans, je perds de mes facultés, ça devient plus difficile de marcher, j’ai moins envie de sortir. Je me sens vieillir. »

Sur les conseils de son médecin généraliste, Gisèle a fait appel à mes services pour des séances de sophrologie. Elle déprimait. Ce nouveau cadre de vie ne lui convenait pas, elle n’arrivait pas à tourner la page de près de 60 ans de vie au côté de son mari, maintenant décédé, elle se sentait mal dans cet appartement choisi par sa fille aînée. Et puis cette maladie … « quelle pouasse ! »

Parkinson-sophrologie-annecy-nathalie-delaunayLors de la première séance, nous avons travaillé avec sa respiration. L’objectif est de lui mettre à disposition un outil facile à utiliser pour apaiser par elle-même son stress, et amener de la détente, tant physique que mentale. Avec une pratique régulière, cela a eu des effets bénéfiques sur les tremblements de son corps et la qualité de son sommeil.

« Je me sens diminuée. » m’avoue-t-elle lors de la deuxième séance. Nous sommes donc parties à la rencontre de ses valeurs, de ses capacités, sans nier la réalité de celles qui se dégradaient, mais en allant en développer d’autres pour raviver l’image qu’elle avait d’elle-même. Car si une faculté s’affaiblit, il y en a toujours une autre à développer pour compenser. Et avoir une bonne estime de soi est important pour garder le courage, l’envie, et une aptitude à vivre ses journées de manière plus optimiste.

La sophrologie est une technique aux approches variées et complètes. Gisèle découvre la relaxation active : il s’agit d’effectuer des mouvements lents en se concentrant sur tous ses ressentis, corporels, émotionnels et sensitifs. Ainsi, elle réapprivoise ce corps qui semblait lui faire défaut : ressentir les sensations dans toutes les parties du corps, écouter les signes, surtout lorsqu’ils sont agréables, se recentrer sur ses 5 sens, détendre certaines contractions, retrouver de la souplesse dans ses membres, quel plaisir !

« C’est comme une danse ! Je me sens vivre dans mon corps, je deviens plus souple, c’est merveilleux ! » me dit-elle avec des étoiles dans les yeux et un sourire de jeune fille aux lèvres.

Par des techniques d’ancrage, Gisèle apprend à renforcer son équilibre, à développer le ressenti sous la plante des pieds, et à stabiliser sa posture à la verticale.

Réflexologie-senior-parkinson-sophrologieCertains jours, Gisèle était fatiguée. Je pratiquais alors le Dien Chan : allongée, elle n’avait qu’à profiter de ce moment de détente sans rien faire d’autre que d’accueillir ce que son être recevait. Cette technique de réflexologie faciale, indolore, agit, via les terminaisons nerveuses, pour ramener au mieux l’homéostasie, c’est-à-dire l’équilibre naturel du corps. Elle est ainsi efficace sur les baisses de vitalité, la qualité du sommeil, l’anxiété, les ruminations mentales, les douleurs corporelles, les tensions musculaires et nerveuses…

À d’autres moments, le moral n’était plus de mise, l’inquiétude prenait le dessus. Parkinson entraîne ce genre de symptômes : la diminution de la sécrétion de dopamine a une influence sur l’état de la personne, et peut provoquer des pics d’anxiété, parfois même jusqu’à entraîner une dépression. Par des exercices de visualisation créatrice et positive, je la guidais dans une séance de « météo intérieure » pour chasser les nuages gris dans sa tête et placer un soleil dans chacun de ses organes vitaux, pour se créer un espace intérieur de calme, ou encore voyager dans un lieu qui lui apporte sérénité, chaleur, joie… selon les besoins du jour.

« Je suis retournée dans le jardin de ma maison et j’ai désherbé les jardinières pour que les fleurs poussent mieux. Ça m’a fait du bien, je me sens ragaillardie. »

Aujourd’hui, Gisèle s’entraîne régulièrement, en variant les pratiques selon ses envies, à son rythme. Elle retrouve ainsi de l’autonomie en prenant soin d’elle, et son estime d’elle-même s’en trouve revalorisée. Elle ne me demande une séance que lorsqu’elle a besoin d’un petit coup de pouce.

Bien sûr, ni la sophrologie ni le dien chan n’ont guéri son Parkinson, mais ils en ont atténué les effets, lui ont redonné le sourire, et c’est tout le quotidien de Gisèle qui en est amélioré.

aide-senior-parkinson-sophrologieParce que la Vie c’est tous les jours,

agissons ensemble pour qu’elle se vive pleinement à chaque étape.

Pour un accompagnement en tant que personne ayant le Parkinson, ou en tant qu’aidant, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Résumé des bienfaits de l’accompagnement sur Parkinson
  • Gisèle a gagné en flexibilité, en mobilité corporelle, en équilibre.
  • Elle sait maintenant s’apporter de la détente grâce à la respiration, et apaiser temporairement les tremblements et les tensions musculaires.
  • Parfois même, elle arrive à calmer les douleurs en focalisant son attention sur d’autres parties saines de son corps.
  • En acceptant la situation et en faisant le deuil de sa vie d’avant-Parkinson, elle s’est apportée de la légèreté et une faculté à observer le positif dans son quotidien.
  • En découvrant et développant de nouvelles capacités, Gisèle a su enlever son stress et développer son estime d’elle-même.
  • Elle sait également remonter son moral, en s’évadant par visualisation dans un lieu agréable.
  • Par une attitude plus positive, elle a appris à regarder les rayons de soleil là où ils se trouvent dans sa vie.

sophrologie-senior-heureux-

Vous êtes concerné.e par la maladie de Parkinson et souhaitez un accompagnement ? contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

Les « parcours de santé » sont tirés de témoignages des personnes que j’ai accompagnées. Les prénoms et certains éléments ont été modifiés afin de préserver l’anonymat. Les citations sont celles des consultants.

La sophrologie et le dien chan sont des techniques complémentaires aux traitements médicaux prescrits qu’il convient de suivre.

Être Soi, ça va de soi

Printemps te voilà !

sophrologie-annecy-confiance-en-soi

Après les froids revigorants de janvier et les neiges éparses de février, les éclaircies prometteuses de mars t’annoncent avec enthousiasme dans nos journées et nos cœurs. Tel ce bourgeon qui se déploie sous terre, puis pousse les mottes pour voir la lumière et offrir au grand jour sa fleur colorée et parfumée, nous nous trouvons nous aussi devant la possibilité de faire jaillir de notre introspection hivernale ce que nous sommes pour cette nouvelle année saisonnale*.

Mais être soi, c’est quoi au juste ?

C’est être libre, être aligné-e, être honnête, être à sa juste place, être vrai-e, c’est exprimer ce que l’on est, s’affirmer, …

Mode d’emploi s’il-vous-plait ?

En voici un qui m’a été dévoilé par un jardinier spécialisé dans la culture de plantes rares :

  • Enlevez le produit de son conditionnement d’origine et observez-le sous toutes les coutures : émotions, ressentis corporels, pensées, réactions, comportements, agissements, …
  • Trouvez votre terre fertile – indice : elle se trouve à l’intérieur de vous -, creusez un trou et placez-y la ou les graines que vous venez de découvrir. Refermez le trou avec une poignée de « laisser faire » (en vente dans tous les magasins spécialisés 😉 bref, lâchez le contrôle !).
  • Arrosez quotidiennement la semence de valeurs pures et humanistes, d’amour et de bienveillance pour vous-même. Si besoin, ajoutez des engrais à base de confiance et de patiente.
  • Désherbez de temps à autre pour enlever les habitudes devenues nuisibles, et laissez la lumière de la Vie vous enrichir de ses bienfaits.
  • Écoutez pousser et accueillez avec émerveillement la magnificence de la fleur qui sortira de votre Soi. Unique, Différente et Magnifique.

confiance-en-soi-sophrologue-annecyNotre véritable nature prend ses racines au plus profond de notre terre intérieure ; à nous d’entretenir cette terre, de planter des graines au gré de notre intuition et de nos envies, puis de laisser pousser ce qui voudra bien sortir.

Être soi, c’est juste ça !

* une année qui commence à la première saison, le printemps.

________________________________________

Pour un accompagnement à la (re)découverte de votre vraie nature, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

_______________________________________

Publié dans L’Impresario, mars-avril 2019

Impresario-Nathalie-Delaunay-sophrologue-annecy

 

Page 1 of 2

Copyright 2019 - Étoile et vieS - Mentions légales