Étoile et VieS

Nathalie Delaunay – Coaching de Vie, Sophrologie Optimiste, Dien Chan

Catégorie : Enquêtes de Soi

HyperSensible et Ôptimiste

Fière d’être Hypersensible  !

Ah l’hypersensibilité ! Cette merveilleuse faculté de s’émouvoir de la mélodie d’un ruisseau ou d’un rayon de lune sur la neige, de sentir les ondes du vent sur la peau, d’entendre des sons entre les arbres que d’autres ne perçoivent pas, de ressentir les émotions de chaque personne que l’on côtoie, de voir toute l’intensité de la lumière, de percevoir le Monde plus profondément ; quel cadeau de la Vie !!!!
…. Non ? vous n’êtes pas d’accord ? 🤔 vous m’étonnez ! … ou pas …

hypersensibilité-sophrologie-annecyC’est quoi un hypersensible ? pour commencer, Démontons les préjugés et examinons Les points forts de l’Hypersensible pour Vivre son hypersensibilité avec fierté. Et pour se documenter plus en détails, voici une liste de Livres et Associations sur le sujet.

C’est quoi un hypersensible ?

Une espèce rare et fragile qui dérange ses congénères ? Un individu « spécial », associable, toujours fatigué, qui « pleurniche pour un rien » ? Doté d’une « sensibilité extrême, exagérée » (définition du dictionnaire Robert) ? Bref, une tare, une malformation handicapante, une faiblesse. Voilà comment nous voient la plupart des gens, même dans notre entourage proche. Pas facile de garder une belle estime de soi face à de telles réactions ! Et encore moins de considérer notre hypersensibilité comme une force et une richesse. Et pourtant ….

hypersensible-optimiste-sophrologie-annecyL’hypersensibilité ne se caractérise pas uniquement par une émotivité à fleur de peau ; on peut avoir une sensibilité exacerbée périodiquement à cause d’une épreuve de vie (deuil, maladie, licenciement, burn out, séparation…) sans pour autant être un.e hypersensible. On peut ressentir une forte empathie pour ses proches sans pour autant faire partie de cette « famille ». On peut être fragile des oreilles ou sensible de la vue sans pour autant… etc etc.

L’hypersensible cumule ces différentes facettes : hyper-émotivité, hyper-empathie, hyperesthésie (forte sensibilité de certains sens : vue, odorat, ouïe, toucher, goût).

Il existe un test, mis en place par Elaine Aron, qui permet de mesurer son degrés d’hypersensibilité : le voici.

Démontons les préjugés…

Un hypersensible n’est pas un individu fragile : il est doté d’une sensibilité et d’une empathie accrue face à son environnement, et c’est une qualité.

Un hypersensible n’est pas un être susceptible : il est plus touché par les remarques car on ne lui a pas appris à valoriser sa spécificité et à conserver son estime de lui/elle. Donc il doute … souvent.

Un hypersensible n’est pas un pleurnichard : ses émotions s’expriment librement par les larmes, que ce soit la joie, l’émerveillement, la gratitude, ou les autres émotions.

Un hypersensible n’est pas un personnage sinistre, sous prétexte qu’il a tendance à éviter les endroits peuplés et bruyants. Imaginez-vous ressentir 5 fois plus les vibrations de la musique dans un concert, entendre quatre conversations à la fois, voir tous les détails de chaque pièce où vous vous situez, percevoir les états d’âme de chaque personne situées près de vous, tout cela en même temps ! De quoi fuir les endroits trop « agités ». Et de fait, …

Un hypersensible n’est pas un associable : il a juste besoin de moments de solitude pour se ressourcer. De plus, il privilégie les relations de qualité à la quantité.

L’hypersensibilité ne se gère pas, elle s’apprivoise et se sublime.

Les points forts de l’Hypersensibilité

1°) Doté.e d’une très forte empathie, l’hypersensible est une personne d’une écoute remarquable, qui sait se mettre à la place d’autrui et peut l’aider à résoudre efficacement ses problèmes.

femme-hypersensible-sophrologue-annecy2°) Grâce à sa puissante intuition, il/elle peut prendre des décisions rapidement – si tant est qu’il/elle a appris à s’en servir bien sûr – et choisir ce qui est bon pour lui/elle avec finesse.

3°) Sa sensibilité lui offre une créativité abondante et subtile. De nombreux artistes sont dotés d’hypersensibilité (Marion Cotillard, Marilyne Monroe, Zaz, Lynda Lemay, Mickaël Jackson, Steeve Jobs, Albert Einstein, Léonardo DiCaprio…).

4°) L’hypersensible sait se remettre en question, et est donc un.e partenaire fort agréable à côtoyer. L’introspection est une seconde nature chez lui/elle.

5°) Son soucis des détails fait de l’hypersensible une personne organisée et consciencieuse. De plus, elle lui permet de voir la vie dans ses multiples couleurs et profondeurs subtiles, plutôt que de se contenter d’une version linéaire en noir et blanc.

6°) Sa sensibilité de cœur est utile à la société pour contre-balancer les 2 autres tiers de la population – et oui nous sommes environ 30% sur la Planète ! – plutôt ciblés sur l’action, l’impulsion, la construction. Elle a offert à l’humanité les grands inventeurs (« dans la lune »), les « prêtres/guides » inspirés (sans connotation religieuse aucune), les artistes, capables de révéler la Beauté du Monde aux yeux des gens préoccupés par d’autres domaines.

Vivre son hypersensibilité avec fierté

Catalogué.e dès son plus jeune âge, parfois bouc-émissaire de ses camarades de classe, l’hypersensible mal entouré aura tendance, puisqu’il se remet régulièrement en question, à se dévaloriser. Or, sa caractéristique est une force et un don.

Se faire accompagner pour enfin accepter et honorer son hypersensibilité est la plus belle preuve d’amour que l’on peut s’offrir à soi-même. Vivre pleinement son hypersensibilité et s’épanouir avec elle est le début d’une nouvelle vie, riche et subtile dans ses découvertes.

  • réguler son émotivité mise à l’épreuve par les remarques des autres,
  • accepter sa nature hypersensible,
  • découvrir les qualités inhérentes à sa propre hypersensibilité,
  • oser vivre cette hypersensibilité pour soi, puis dans le monde, et pour le Monde.

L’hypersensibilité ne se gère pas, elle s’apprivoise et se sublime.

Vous souhaitez prendre rendez-vous pour vous approprier avec optimisme et fierté votre hypersensibilité ? Alors remplissez le formulaire de contact, ou, plus simplement, envoyez-moi un SMS au 06.78.07.34.10.

Livres et Associations

Association des Hypersensibles : www.association-hypersensibles.fr

Aron (Elaine N.), Hypersensible, mieux se comprendre et s’accepter. Transformer son hypersensibilité en atouts.

Tomasella (Saverio), Trop sensibles pour être heureux ?

Tomasella (Saverio), À fleur de peau. Le roman initiatique des hypersensibles.

Couturier (Stéphanie), Mon Enfant Hérisson. Accompagnez votre enfant hypersensible et aidez-le à exploiter son potentiel.

hypersensibilité-sophrologie-optimiste-annecyMartinez (Pierrick), BD : Hypersensible, une prise de conscience / Petit mémo d’un hypersensible / L’enfant hypersensible.

Pierrick – Illustrateur Hypersensible – sur Facebook / www.bdhypersensible.com

 

 

Et si vous étiez un jumeau né seul ?

perte-gémellaire-sophrologie-annecyTristesse latente et inexplicable ? Sentiments de trahison, d’abandon, de solitude angoissante, de culpabilité inexplicables ? Difficultés à être pleinement dans votre corps ? Envie de fuir le monde et manque d’ancrage constant ? Hypersensibilité qui déforme vos rapports aux autres ? Peurs de tout ? Rapport particulier à la mort, avec parfois des envies pulsionnelles de la provoquer ? Et si vous étiez un.e jumeau né.e seul.e ?

Plus fréquent qu’il n’y paraît

deuil-sophrologue-annecy-reflexologueLa perte gémellaire intra-utérine représente 15 et 40 % des grossesses. Pour le nouveau-né survivant qui a subi un choc traumatique, l’incarnation présentera très tôt des symptômes de souffrances plus ou moins difficiles à apaiser. Alors que certains troubles s’atténueront naturellement et progressivement, d’autres pourront rester très handicapants tout au long de la vie. Ce « syndrome » de perte gémellaire échappe en partie, hélas, aux diverses techniques de psychothérapies proposées aujourd’hui.

À travers la science et la mythologie – depuis toujours intriguées par les jumeaux -, Florent décrit les caractéristiques des naissances multiples, et les problématiques des jumeaux arrivés seuls au Monde. Il explore les différentes thérapies qui peuvent soulager leurs souffrances incomprises, et nous présente les apports de l’approche chamanique. En effet, allier les savoir-faire anciens et les connaissances scientifiques actuelles offre un spectre élargi de possibilités de soins émotionnels, psychologiques, spirituels et énergétiques.

Les jumeaux nés seuls et les autres

bien-être-couple-thérapie-sophrologue-annecyDeux chapitres sont consacrés à la relation de couple, domaine de vie bien délicat pour ces personnes qui oscillent entre fusion et rejet de l’autre.

Et enfin, il se questionne sur les enfants atypiques : dys, hypersensibles, hyperactifs, Zèbres et hauts-potentiels, indigos ou enfant des étoiles, seraient-ils tous des jumeaux nés seuls ?

Sans apporter « la » solution miracle, cet ouvrage offre de nombreuses pistes d’exploration pour les « chercheurs de la beauté de l’Âme » et des potentiels les plus sages qu’elle contient. Un regard neuf sur certaines souffrances humaines qui libère de nouveaux chemins thérapeutiques.

Une approche novatrice par le chamanisme

L’approche chamanique que propose l’auteur, permet un contact plus intime avec le monde intérieur, dit « spirituel », du jumeau né seul. Ce chemin initiatique contribue à révéler le sens profond de notre incarnation. Ainsi apaisée des souffrances existentielles, l’individualité peut alors trouver un chemin de liberté créatrice. C’est alors une véritable force de vie qui œuvre harmonieusement, car elle est davantage en relation avec soi et avec le monde extérieur.

FlorentDechoz-institut-arc-en-ciel-perte-gémellaireL’auteur

Florent Dechoz est concerné personnellement par une perte gémellaire intra-utérine ; ce qui l’a poussé à travailler sur le sujet depuis 2005.

Ostéopathe, acupuncteur et magnétiseur, sa profonde connexion depuis l’enfance avec le monde des rêves le conduit, après s’être formé à leur interprétation en psychanalyse jungienne, à plus de 15 ans d’initiations chamaniques en Amériques du Sud et du Nord. Depuis 2012, il transmet l’art du soin, par initiations chamaniques et esséniennes.

Il est le fondateur de l’Institut Arc-en-Ciel, qui propose des stages sur cette thématique (et d’autres !) pour aider à se reconnaître en tant que jumeau né seul, à vivre avec et à en optimiser les potentiels riches et insoupçonnés.

jumeau-né-seul-florent-dechozLes stages proposés : https://institutarcenciel.com/stages-ponctuels-de-chamanisme
La formation proposée : https://institutarcenciel.com/la-formation/les-principes-de-la-formation-programme

Pour vous offrir son livre, commandez-le directement à la maison d’édition : https://www.editions-quintessence.eu/et-si-vous-etiez-un-jumeau-ne-seul.html

Pour compléter votre lecture

syndrome-jumeau-perdu-annecyAUSTERMANN (Alfred R. et Bettina), Le syndrome du jumeau né seul. Éditions Le Souffle d’Or. 2007, Gap. 292 pages.

Un des livres précurseurs de la thématique qui présente en détails les caractéristiques de la gémellité vivante ou perdue, et les difficultés rencontrées par les jumeaux nés seuls, qui ont un pied dans la vie, un autre « auprès du jumeau dans le royaume des morts ».

Il expose les répercussions chez le jumeau survivant d’un tel traumatisme, tant dans les malformations organiques et les traces sur le corps, que les problématiques psychosomatiques (vertiges, douleurs, paniques…) et psychiques (culpabilités, solitude, jalousie, dépendance affective, dévalorisation, importance du peau à peau, nostalgie de la mort…).

Il détaille également les difficultés du jumeau né seul sur tous les plans de sa vie quotidienne (travail, couple, amitiés, relations aux autres…) et présente quelques techniques pouvant aider à se réconcilier avec cette partie perdue de soi (EMDR, câlinothérapie, écriture…).

syndrome-jumeau-perdu-sophrologue-annecyComplémentaire au livre de Florent Dechoz par les précisions qu’il apporte sur la description des jumeaux nés seuls et de leur vie, il est moins fourni en propositions de solutions.

Les Langages de l’Amour

Si nous voulons communiquer efficacement avec des personnes d’autres cultures, nous devons apprendre leur langage. Il en va de même dans le domaine de l’amour.

langage-amour-sophrologie-optimiste-annecyAinsi nous interpelle Gary Chapman, conseiller conjugal et conférencier américain spécialiste du mariage et de la famille. Né en 1938, il étudie la théologie, l’anthropologie et l’éducation religieuse pour devenir missionnaire. Mais sa femme tombant malade alors qu’il devait exercer au Nigéria, il décide de rester aux États-Unis et enseigne à la Winston-Salem State Universty. Parallèlement, il devient pasteur en 1971, et donne des conférences et des séminaires sur le thème du mariage et des relations de couple. En 1992, il compile ses conseils dans ce best-seller.

Quel est ton langage d’amour ?

 » Le langage de votre amour sentimental et celui de votre conjoint.e peuvent être aussi différents que le chinois l’est du français. » Aussi identifier l’un et l’autre éliminera bien des malentendus, des frustrations, et multipliera les connexions efficaces pour entretenir un amour épanouissant au sens de la relation.

Gary Chapman distingue cinq moyens d’expressions principaux par lesquels chaque individu peut manifester son amour :

heureux-en-couple-langage-amour-annecy

  • les paroles valorisantes,
  • les moments de qualité,
  • les cadeaux,
  • les services rendus,
  • le toucher physique.

Alors, quel est votre langage amoureux ? et comment votre partenaire vous exprime-t-il son amour ? La première étape pour les découvrir passera par une phase d’observation, sans jugement, des habitudes de chacun, et des différences entre les deux. Puis, sans renier sa propre manière de s’exprimer, adapter son langage à la compréhension de son/sa conjoint.e.

Plan du livre

Après une premier partie définissant l’amour et le mariage, l’auteur présente les 5 langages de l’amour. Puis une troisième partie nous aiguille sur la façon de vivre l’amour, de l’entretenir, de le réparer après les accros. Enfin, un « guide de réflexion » nous propose des exercices à pratiquer sur chaque thématique abordée dans les différents chapitres.

La notion de mariage peut être remplacée par celle d’emménager ensemble, ou tout autre étape symbolique marquant le massage d’une amourette à celle d’une relation durable.

Besoin d’un accompagnement pour vous retrouver au sein de votre couple ? (ou de toute autre relation : parent-enfant, amitiés…). Contactez-moi via le formulaire de rendez-vous.        Bonne lecture !

Première partie : Le besoin d’amour

  1. Que devient l’amour après le mariage ?
  2. Se sentir aimé.e !
  3. Le coup de foudre

Deuxième partie : Les langages de l’amour

  1. amour-heureux-sophrologie-optimiste-haute-savoieLes paroles valorisantes
  2. Les moments de qualité
  3. Les cadeaux
  4. Les services rendus
  5. Le contact physique

Troisième partie : L’amour en action

  1. Découvrir votre langage d’amour
  2. L’amour résulte d’une décision
  3. L’amour fait une grande différence
  4. Aimer celui qui n’est pas aimable
  5. Les enfants et les langages d’amour
  6. Un mot personnel

Guide de réflexion pour couples et groupes de discussion

CHAPMAN (Gary), Les langages de l’amour – Les actes qui disent « je t’aime ». Éditions Farel, Pontault-Combault. 1992, 248 pages.

Nathalie Delaunay, semeuse d’étoiles ✨ 

Praticienne en Sophrologie, Dien Chan et Optimisme 🌻

 

 

Les 5 Blessures de l’Âme…

… qui empêchent d’être Soi-Même L.Bourbeau-5blessures-sophrologue-annecy

Cinq blessures qui construisent notre personnalité et nos moyens de défense pour nous protéger pendant l’enfance … et qui nous empêchent d’être vraiment nous-même si nous gardons ces mécanismes à l’âge adulte !

Lise Bourbeau, enseignante et philosophe québécoise, a synthétisé cinq blessures-types : la Trahison, le Rejet, l’Abandon, l’Humiliation et l’Injustice (que l’on peut regroupé dans l’acronyme : T.R.A.H.I.), et explique en détail les comportements et la morphologie qui s’y rattachent. Elle s’est inspirée des travaux de ses prédécesseurs en la matière, notamment Wilhelm Reich, John C. Pierrakos et Alexander Lowen ; puis elle a observé de nombreuses personnes et en a tiré ses propres conclusions.

Blessures-âme-sophrologie-haute-savoie

Morphologies-types des 5 blessures : rejet, abandon, humiliation, trahison, injustice.

Ces cinq blessures fondamentales seraient à l’origine de nos maux, qu’ils soient physiques, émotionnels ou mentaux. En comprendre les mécanismes conduit à une libération de nos peurs, et à un véritable épanouissement de qui nous sommes vraiment. Selon elle, « nous avons tous la même mission en venant sur cette planète : celle de vivre des expériences jusqu’à ce que nous arrivions à les accepter et à nous aimer à travers elles » … et vivre pleinement notre vrai Moi…

Ce Moi qui connaît tes vrais besoins pour vivre dans l’amour, le bonheur, l’harmonie, la paix, la santé, l’abondance et la joie.

Pour cela, commencer par lire le description de chaque blessure en ressentant en soi celle qui « résonne » le plus, celle qui « parle » le plus, celle où l’on se reconnaît pour le moment. Puis observer à quel moment c’est elle qui nous fait réagir ; accepter ces différentes réactions même si elles sont mal vues par la société, même si elles me procurent plus de mal que de bien désormais ; et enfin oser modifier son comportement, pas à pas, pour avancer vers la guérison progressive.

Chapitre 1 – La création des blessures et des masques

BlessureMasqueAntidote-nathalie-delaunay-sophrologue

Chaque blessure a créé un type de masque (de comportement). Heureusement, il existe un « antidote » pour s’en libérer !

Chapitre 2 – Le Rejet

Chapitre 3 – L’Abandon

Chapitre 4 – L’Humiliation

Chapitre 5 – La Trahison

Chapitre 6 – L’Injustice

Chapitre 7 – Guérison des blessures et transformation des masques

Tome 2 : La guérison des 5 Blessures. Ce livre reprend très largement la présentation de chaque blessures puis donne des astuces pour commencer à guérir de sa ou ses blessure(s) principale(s). Le principal intérêt de ce second tome, qui pourrait presque se suffire à lui-même pour démarrer, est la partie sur l’ego.

guérison-blessures-sophrologie-annecyChapitre 1 – Révision des cinq blessures / Chapitre 2 – Questions courantes / Chapitre 3 – L’ego, le plus grand obstacle à la guérison des blessures / Chapitre 4 – Diminution de l’ego et des blessures / Chapitre 5 – Les blessures de rejet et d’injustice / Chapitre 6 – Les blessures d’abandon et de trahison / Chapitre 7 – La blessure d’humiliation / Chapitre 8 – Comment savoir quelle blessure est activée / Chapitre 9 – La guérison est ses bienfaits / Chapitre 10 –

 

Dépendance Affective vs Amour de Soi

dépendance-affective-delaunay-annecy-sophrologue

Michel 54 ans, Estelle 22 ans, Lucie 37 ans, Loïc 43 ans … leur point commun : être passé.e de la dépendance affective à l’Amour de Soi ! … pour mieux aimer l’Autre.

 

Qu’entend-on par Amour de Soi ?

Pourquoi devient-on dépendant.e affectif.ve ?

Reconnaître la dépendance affective.

Se libérer de la dépendance affective.

Développer l’Amour de Soi.

Se faire accompagner vers l’autonomie affective.

Qu’entend-on par Amour de Soi ?

L’amour de soi, c’est cette capacité à ressentir pour soi-même le même émerveillement que celui que l’on peut éprouver quand on tombe amoureux de quelqu’un. Ce quelque chose d’inexplicable, d’intense, de magique. C’est reconnaître que l’on a EN SOi la même beauté que celle que l’on perçoit chez celui/celle que l’on aime. C’est admettre que l’on mérite – et que l’on est capable ! – de s’occuper soi-même de son propre bien-être. Seul.e. Sans l’apport de notre entourage.

Pourquoi devient-on dépendant.e affectif.ve ? L.Bourbeau-5blessures-sophrologue-annecy

Citation de Lise Bourbeau, Les 5 Blessures qui empêchent d’être soi-même : « Nous devenons dépendants affectifs lorsque nous souffrons de carence affective, et nous souffrons de carence affective lorsque nous ne nous aimons pas assez. Nous recherchons donc l’amour des autres pour arriver à nous convaincre que nous sommes aimables. »

Le plus souvent, cette dépendance nait pendant l’enfance,  parce qu’on a eu le sentiment d’avoir manqué d’amour. Un enfant, pour grandir sainement et construire l’image qu’il a de lui-même, se regarde dans les yeux de ses parents, dans les gestes et les comportements de ceux qui l’entourent. S’il attend un certain type de marques d’amour et que ses parents lui en donnent d’autres, il ne les reconnaîtra pas et se sentira en manque d’amour. C’est donc un ressenti propre, qui peut être totalement différent de ce que les parents ont vécu de leur côté.

Les expériences amoureuses ou amicales qu’il/elle vivra ensuite, peuvent réveiller ce sentiment de manque et réouvrir la blessure. On peut très bien vivre des années sans se rendre compte de sa dépendance affective, lorsque l’on vit dans un environnement qui comble ces manques. Et puis un jour, souffrir dans une relation et se rendre compte à ce moment-là de notre carence profonde.

Reconnaitre la dépendance affective

La dépendance affective se rencontre dans tous types de relation : en couple, en amitié, avec ses parents, avec ses enfants, avec ses collègues de travail, ses supérieurs hiérarchiques … Pour se définir comme dépendant.e affectif.ve, il faut se reconnaître, de manière significative et handicapante, dans plusieurs critères de cette liste :

  • Avoir constamment besoin de preuves de la part de son/sa partenaire sur l’amour qu’il/elle lui porte (textos, cadeaux, « je t’aime » à répétition, présence…).
  • Être jaloux.se, alors que la relation est saine. Être possessif.ve.
  • Avoir besoin de l’approbation, des conseils et du réconfort des autres pour toute action, toute prise de décision.
  • Avoir du mal à mener des activités seul.e, juste pour son propre plaisir.
  • Se sentir spontanément responsable de ce qui ne va pas (dans le domaine privé ou professionnel).
  • Satisfaire les besoins des autres avant même qu’ils en fassent la demande, et oublier ses propres besoins.
  • Être incapable de dire non, de poser et de défendre ses limites personnelles  (voire même de les connaitre !).
  • Craindre et éviter tout conflit, même minime, avec son interlocuteur.
  • Compter sur les autres (conjoint.e, famille, amis) pour assumer les responsabilités dans les domaines importants de sa vie (revenus, gestion administrative, santé, organisation domestique…).
  • Se sentir anxieux.se ou complètement perdu.e à la simple pensée d’être seul.e.

Un.e célibataire dépendant.e affectif.ve va rêver du couple idéal, mais d’un tel idéal qu’il ne pourra jamais trouver le/la partenaire capable de répondre à ce schéma. Il/elle sera toujours déçu.e et verra ses relations finir en échec.

Se libérer de la dépendance affective

Bonne nouvelle ! Oui, on peut sortir de cette dépendance affective !

C’est une véritable rééducation, mais qui vaut son pesant, car aimer librement est la fin des souffrances quotidiennes. Alors comment s’y prendre ?

  • Reconnaître que l’on est en dépendance affective : s’observer dans ses moments de souffrance, reconnaître les signes et les attitudes de la dépendance dans ses propres réactions et ressentis.
  • Accepter que l’on est dépendant.e affectif.ve : sans se culpabiliser, sans se rabaisser, sans s’en vouloir. « J’ai de dépendance affective pour le moment. »
  • Comprendre que cette attitude a été un moyen de défense pour survivre dans un certain environnement, et qu’elle a eu son utilité = être indulgent.e et reconnaissant.e envers la partie de nous qui a mis en place cette protection.
  • Réaliser que l’on est maintenant capable de s’occuper soi-même de soi, et donc d’agir/réagir différemment, et surtout que cela nous sera bien plus confortable et agréable.
  • S’aimer soi : on sort de cette dépendance affective en apprenant à s’aimer soi-même.
Développer l’Amour de Soi

Il y a trois paliers : la confiance en soi, l’estime de soi et l’amour de soi. La confiance en soi s’acquière par l’expérience qui nous prouve que l’on est capable de faire telle ou telle chose ; l’estime de soi touche à la valeur que l’on s’octroie par rapport aux autres ; l’amour de soi, plus profond, tient à l’acceptation que je mérite l’amour, sans condition. Alors, comment s’y prendre ?

  • Langage-amour-sophrologue-annecyConcevoir qu’il existe différentes manières d’aimer et les découvrir chez l’autre (Gary Chapman : Les 5 langages de l’amour). Pour, dans un premier temps, trouver les preuves d’amour dont on a besoin et rassurer l’enfant en nous qui a un manque.
  • Devenir son propre parent : accompagner l’enfant blessé, l’écouter dans ses doléances, lui offrir toute notre attention.
  • Apprendre à se connaître soi : se demander quelles sont mes propres envies à moi, et s’offrir des plaisirs : un cinéma seul.e, une sortie à vélo, cuisiner pour soi…, pour se rendre compte qu’on est parfaitement capable de se donner soi-même de quoi se ressourcer.
  • Se redécouvrir pour s’aimer soi : procéder inversement de ce que l’on fait d’ordinaire, c’est-à-dire chercher les failles chez les personnes que l’on admire pour se rendre compte qu’on en a tous (et ainsi mieux accepter les siennes) ; ET chercher les qualités en soi pour se prouver qu’on en a tous… même soi !
  • Oser prendre de la distance : une fois ces bases consolidées, expérimenter pas-à-pas la distance avec celle/celui que l’on aime : attendre 10 minutes supplémentaires avant de demander des nouvelles ; rester une heure de plus seul.e avant d’aller en compagnie, … comme lorsque l’on apprend à nager et que l’on s’éloigne tout doucement du rebord de la piscine.
  • Comprendre ce qu’on y gagne : la liberté et moins de souffrance ; un meilleur épanouissement de soi ; de nouvelles portes qui s’ouvrent sur des expériences et relations plus épanouissantes.
  • et donc apprendre l’instant présent et ses merveilles pour apprécier ces moments seul.e. Découvrir tout ce que l’on peut vivre d’autre, de plus, d’enrichissant, dans cette nouvelle situation : être seul.e avec soi-même et s’y sentir bien !
Un accompagnement, pour quoi faire ?

Il est parfois nécessaire de se faire accompagner dans cette démarche, comme on choisirait de prendre des cours de natation pour réussir à s’éloigner du bord de la piscine et gagner en liberté pour évoluer dans les « grandes eaux ». Au cours des séances,  la sophrologie vous permet de prendre du recul par rapport à vos ressentis émotionnels, pour distinguer l’adulte en vous, et l’enfant dépendant. En créant une dissociation entre ces deux parties, vous serez à même de pouvoir écouter, soigner, rassurer … et aimer cet enfant intérieur.

La sophrologie permet aussi de reprendre la maitrise de son état émotionnel pour éviter de se laisser envahir par celui-ci, et ainsi garder une vision lucide, des idées claires, et adopter des attitudes plus raisonnées et constructives pour soi.

En état de conscience modifié, il s’agira également de faire remonter au premier plan vos qualités, vos ressources, vos réussites pour valoriser votre image de vous-même, de redorer votre estime de vous.

Besoin d’un accompagnement ? Contactez-moi via le formulaire !

Pour réécouter l’émission Les Experts avec Karine Rose et Serge Carbonell, du 14 février 2020 :  France Bleue Pays de Savoie.

 

Être Soi, ça va de soi

Printemps te voilà !

sophrologie-annecy-confiance-en-soi

Après les froids revigorants de janvier et les neiges éparses de février, les éclaircies prometteuses de mars s’annoncent avec enthousiasme dans nos journées et nos cœurs. Tel ce bourgeon qui se déploie sous terre, puis pousse les mottes pour voir la lumière et offrir au grand jour sa fleur colorée et parfumée, nous nous trouvons nous aussi devant la possibilité de faire jaillir de notre introspection hivernale ce que nous sommes pour cette nouvelle année saisonnale*.

Mais être soi, c’est quoi au juste ?

C’est être libre, être aligné-e, être honnête, être à sa juste place, être vrai-e, c’est exprimer ce que l’on est, s’affirmer, …

Mode d’emploi s’il-vous-plait ?

En voici un qui m’a été dévoilé par un jardinier spécialisé dans la culture de plantes rares :

  • Enlevez le produit de son conditionnement d’origine et observez-le sous toutes les coutures : émotions, ressentis corporels, pensées, réactions, comportements, agissements, …
  • Trouvez votre terre fertile (indice : elle se trouve à l’intérieur de vous), creusez un trou et placez-y la ou les graines que vous venez de découvrir. Refermez le trou avec une poignée de « laisser faire » (en vente dans tous les magasins spécialisés 😉 bref, lâchez le contrôle !).
  • Arrosez quotidiennement la semence de valeurs pures et humanistes, d’amour et de bienveillance pour vous-même. Si besoin, ajoutez des engrais à base de confiance et de patiente.
  • Désherbez de temps à autre pour enlever les habitudes devenues nuisibles, et laissez la lumière de la Vie vous enrichir de ses bienfaits.
  • Écoutez pousser et accueillez avec émerveillement la magnificence de la fleur qui sortira de votre Soi. Unique, Différente et Magnifique.

confiance-en-soi-sophrologue-annecyNotre véritable nature prend ses racines au plus profond de notre terre intérieure ; à nous d’entretenir cette terre, de planter des graines au gré de notre intuition et de nos envies, puis de laisser pousser ce qui voudra bien sortir.

Être soi, c’est juste ça !

* une année qui commence à la première saison, le printemps.

________________________________________

Pour un accompagnement à la (re)découverte de votre vraie nature, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

_______________________________________

Publié dans L’Impresario, mars-avril 2019

Impresario-Nathalie-Delaunay-sophrologue-annecy

 

Copyright 2019 - Étoile et vieS - Mentions légales