Étoile et VieS

Nathalie Delaunay – Coaching de Vie, Sophrologie Optimiste, Dien Chan

Catégorie : Épreuves d’En-VieS

Traverser le Deuil

Une traversée vers la Vie

Le deuil est le processus normal qui suit la perte d’un être cher (décès, maladie, deuil blanc*) ou d’une situation (rupture amoureuse, licenciement, déménagement contraint, apparition d’un handicap…).

deuil-séparation-annecy-sophrologie-réflexologieLe deuil, c’est la perte d’un parent, d’un conjoint, d’un enfant, d’un frère, d’une soeur, d’un ami.e ; c’est aussi renoncer à un rêve, un projet, un lieu, un espoir, une relation, sa jeunesse…

C’est être confronté à la Mort alors que l’on ne s’y attendait pas, ou que l’on ne voulait pas la regarder. Or notre société moderne a exclu la mort de notre quotidien ; pourtant, elle est le pendant naturel de la Vie.

Comment se réconcilier avec ce processus indispensable que l’on va rencontrer plusieurs fois au cours de son existence ? Comment traverser le plus sereinement possible cette tempête émotionnelle et existentielle ?

C’est ce que je vous amène à vivre en vous accompagnant avec douceur et écoute, en respectant le rythme qui sera le vôtre. (Pour prendre rendez-vous, remplissez le formulaire ou, plus simplement, envoyez-moi un texto au 06.78.07.34.10.)

* Le deuil blanc : expression utilisée pour évoquer le deuil d’une personne transformée par la maladie d’Alzheimer : toujours vivante mais plus du tout comme on l’a connue. Apprendre à l’aimer autrement.

1) Le processus du deuil

2) Les étapes du processus de deuil

3) Réparer l’âme

4) Associations de soutien

Le processus du deuil

étapes-deuil-sophrologie-annecyDéni, colère, marchandage, tristesse/dépression, acceptation : après le choc, voici les 5 étapes classiques telles que proposées par Elisabeth Kübler-Ross en 1969 dans son livre On death and dying, Les derniers instants de vie. Pour autant, celles-ci ne sont ni figées ni forcément successives : des aller-retours réguliers s’opèrent dans ces différents états.

La perte d’un proche ou d’une situation peut provoquer un déséquilibre émotionnel, des répercussions cognitives, des troubles du sommeil, des ruminations mentales incontrôlables, une perte d’estime de soi…, à plus ou moins long terme.

« Faire son deuil » consiste à surmonter ces profonds désagréments en les acceptant de son mieux, et à en sortir pour reprendre le chemin d’une vie à nouveau épanouissante. C’est un processus actif qui nécessite parfois d’être accompagné pour nettoyer, soigner puis guérir cette plaie.

sortir-d'un-deuil-réflexologie-annecyIl ne s’agit en aucun cas d’oublier la personne défunte, mais de vivre en paix avec son souvenir et d’accueillir sa présence autrement.

Lorsqu’il s’agit d’un renoncement à une situation, c’est dire adieu à ce projet, fermer le chapitre et réussir à en ouvrir un autre, en ayant cicatrisé sainement la blessure.

Les étapes de l’accompagnement du deuil

Étape 1 : entendre et accueillir ses émotions, quelles qu’elles soient et quel qu’en soit l’intensité. Puis se permettre de s’en séparer, les libérer pour laisser la place à autre chose : s’occuper de soi.

Étape 2 : construire un nouvel espace apaisé : retrouver les bons souvenirs existants ; pardonner, se pardonner ;  commencer tout doucement à prendre soin de soi et de son environnement.

reconstruction-après-deuil-sophrologue-annecyÉtape 3 : reprendre sa vie en main : avancer avec un bagage plus léger, oser rêver à nouveau et se lancer dans des projets épanouissants. Tirer les éléments positifs d’un événement parfois tragique.

Chaque personne vivra ces étapes à sa manière, à son rythme, comme il en est capable, et comme c’est juste pour lui.

Réparer l’âme

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans la guérison, nous pouvons effectuer une « récupération d’âme ».

La confrontation à la Mort, quelle qu’en soit sa forme, peut être vécue comme un traumatisme. Le traumatisme se caractérise par une sidération, un arrêt brusque de l’élan de vie à un instant T (en psychiatrie, l’on parle de dissociation traumatique). Et, alors que la personne continue à avancer dans son quotidien, une partie de son âme reste bloquée dans cet espace-temps. Cela peut créer des blocages dans les actes, des freins, des lourdeurs inexplicables, une sensation de fatigue permanente ; et émotionnellement un malaise ou une mélancolie persistante, ou un refus souvent inconscient de vivre pleinement.

À l’aide de pratiques issues de l’hypnose chamanique, en état de conscience modifiée, nous irons rechercher ces bouts d’âme perdues pour les « recoller » afin que l’âme retrouve un peu de sa complétude.

Vous souhaitez prendre rendez-vous ? Remplissez le formulaire ou, plus simplement, envoyez-moi un texto au 06.78.07.34.10.)

Associations et Experts

JALMALV : Jusqu’à la Mort Accompagner La Vie : une fédération nationale pour accompagner et soutenir les personnes fragilisées par la grave maladie, le grand âge, la fin de fin et de deuil. Apporter un soutien à leurs famille et proches. (le site de Jalmalv-Haute-Savoie).

Souvenange : une association de photographes et retoucheurs qui immortalisent pour les Paranges les brefs instants vécus avec l’Enfant/Ange. Leur devise : « Nous  ne photographions pas la mort, nous immortalisons l’Amour ».

Association France Alzheimer : elle peut être d’un grand soutien pour l’aidant d’une personne transformée par cette maladie. Antenne de Haute-Savoie.

(Vous souhaitez vous faire accompagner ? Contactez-moi en remplissant le formulaire ou, plus simplement, envoyez-moi un texto au 06.78.07.34.10.)

 

Les Burn-Out

Le Burn-Out, en-quête de sens ?

Un Français sur 3 est sujet au stress dans sa vie professionnelle, et près de 35% de la population est concernée par le burn-out, et pourtant le « syndrome d’épuisement professionnel » n’est pas encore considéré comme une maladie due au travail.

burnout-sophrologie-optimiste-annecyBurn-out au travail, burn-out parental, burn-out estudiant, quelque soit sa forme, ce malaise profond est souvent l’apanage des perfectionnistes, en quête de reconnaissance extérieure. Ultra-consciencieux à leur(s) tâche(s), ils ne savent pas se contenter de faire bien. Un accompagnement est alors parfois nécessaire pour modifier ce comportement en profondeur.

Il s’agit à la fois de prévenir le burn-out, d’en sortir quand on y est déjà, puis de réparer ce qui a été abîmé par cette épreuve, pour repartir sur le chemin de la vie, d’une autre manière.

Se libérer des charges émotionnelles négatives

Les personnes en situation de burn-out sont souvent dépassées par un trop-plein d’émotions et de sentiments négatifs (colère, tristesse, culpabilité, trahison…). Il est alors nécessaire de désengorger l’émotionnel qui perturbe les capacités cognitives et la perception de la situation, pour retrouver la « réalité objective » des faits et sortir d’un cercle vicieux.

J’utiliserai le Dien Chan, technique de réflexologie crânio-faciale, pour :

  • apaiser l’émotionnel et le mental, réflexologie-faciale-annecy-dienchan
  • atténuer les tensions nerveuses et musculaires,
  • et ramener un certain équilibre pour retrouver la maîtrise de ses pensées et de ses réactions.
  • il peut également rétablir une qualité de sommeil réparatrice.

Ensuite, par des exercices de respiration associés à des mouvements choisis, ce que l’on appelle la relaxation dynamique en sophrologie, la personne redevient actrice de son bien-être, retrouve des sensations agréables et se remplit d’émotions épanouissantes et ressourçantes.

Apprendre à s’écouter

burn-out-réflexologie-annecyRalentir, respirer, ressentir et repérer ses besoins, voici les « 4 R » pour amener de l’air dans la frénésie du quotidien. Avec une première question essentielle : « comment je me sens juste là maintenant ? » Fatigué.e ? angoissé.e ? surmené.e, pressé.e, incompris.e, … ?

« De quoi ai-je besoin pour satisfaire ce besoin vital ? » : d’une pause, de mouvement dans mon corps, de respirer, de prendre l’air, de manger, de boire, de m’étirer, de discuter …

La Sophrologie permet de se (re)contacter avec ses ressentis, et de repérer les signaux d’alerte que nous envoie constamment le corps, le mental et l’émotionnel. Puis il s’agira d’oser s’autoriser à répondre à ces besoins essentiels à notre équilibre général.

Poser/respecter ses limites

Les personnes sujettes au burn-out sont en quête de reconnaissance par manque d’estime de soi ; elles ont alors tendance à accepter, ou à effectuer d’elles-mêmes, plus de tâches que ce qu’elles peuvent assumer. Or, dans certains contextes, professionnels ou familiaux, il est difficile d’exprimer ses frustrations, ses craintes, ses déceptions, ses fatigues. Elles accumulent alors des émotions négatives qu’elles tentent de dissimuler… jusqu’à l’explosion. Et les conflits apparaissent (intérieurement ou avec les autres).

burn-out-parental-sophrologue-annecyApprendre à poser ses limites est indispensable pour prévenir un surmenage ou en sortir. C’est une rééducation du comportement qui se fait jour après jour, au rythme de chacun. Savoir se respecter est la base de la confiance en soi.

Retrouver confiance et estime de soi

Qu’il soit dû à une surcharge de travail ou à un harcèlement, le burn-out aura tendance à abîmer, voire détruire l’image que la personne a d’elle-même, de sa capacité à travailler, à se concentrer, à effectuer une tâche, à entretenir des liens sociaux, à improviser pour s’adapter à une situation…

Par un travail d’introspection et de découverte de soi, j’accompagne la personne à guérir les blessures qui engendrent le manque d’estime de soi. En parallèle, elle prendra l’habitude de se valoriser elle-même dans ses actes quotidiens, et avance pas à pas vers la reconstruction d’une nouvelle relation avec elle-même.

Je vous invite à lire l’article « Travailler mieux… » pour envisager le travail autrement.

Trouver du sens à son travail

Que ce soit le burn-in (épuisement psychique ou dépression), le burn-out (épuisement psychique, émotionnel et physique), ou le bore-in (ennui extrême au travail), l’absence de satisfaction et la perte de sens sont récurrentes. Si c’est une épreuve lourde à traverser, elle est aussi une opportunité de retrouver les valeurs qui nous tenaient à cœur et que l’on a égarées dans la frénésie de la vie moderne/cette course à la perfection.

sophrologie-réflexologie-haute-savoie-burn-outIl est parfois nécessaire d’aller au bout d’une expérience pour en constater les limites et réussir à lâcher un comportement peu épanouissant. Retrouver les valeurs qui nous animaient étant jeune adulte et les adapter à la situation actuelle est un objectif motivant pour aller de l’avant vers des jours plus ensoleillés.

Pour vous faire accompagner dans cette épreuve, remplissez le formulaire de contact ou contactez-moi par SMS au 06.78.07.34.10.

Les institutions

AFBO : Association France Burn-Out : www.asso-franceburnout.fr

Souffrance et Travail : www.souffrance-et-travail.com

 

 

Être un Aidant Optimiste

… Une nécessité trop souvent négligée…

Journée mondiale des Aidants, 06 octobre.

Un Pilier Central et Sans Trace …

Ils accompagnent pour les examens médicaux, ils attendent les résultats, ils écoutent les doléances, ils accueillent les pleurs, ils prononcent les mots réconfortants, ils facilitent le quotidien, ils remontent le moral, ils calment les peurs, ils portent sur leur épaules les têtes lourdes de lassitude, ils encouragent, ils font rire, ils soutiennent, ils réparent, ils consolent…

Ils taisent leurs propres souffrances, ils enragent en silence, ils se sentent parfois impuissants, écartés, ils endurent, ils se questionnent dans leur solitude, ils vivent l’injustice, l’impatience, le découragement, la tristesse, la colère, ils donnent, ils doutent, ils s’oublient …

aidant_familial-soutien-réflexologie-annecyIls ne sont ni malades, ni porteurs de handicap, ni dépendants … ils sont le pilier de ces personnes-là ; ils sont les enfants de, les parents de, les conjoint/es de, les ami/es de, les soignant/es…

Ils sont les Proches Aidants !

Être (devenir) un Aidant solide et Ôptimiste

aidants-sophrologue-annecy-réflexologieÀ tant donner, l’Aidant peut avoir tendance à se perdre, à ne plus écouter ses propres besoins, à puiser dans ses réserves – morales et physiques – sans se rendre compte qu’il les fragilise. C’est pourquoi il est tout aussi important d’accompagner les Aidant.es que les Aidé.es.

L’une des premières étapes lors du suivi d’un aidant est de lui faire comprendre que lui aussi a le droit de s’occuper de sa santé, car bien souvent la culpabilité les empêche d’oser prendre soin d’eux-mêmes : « Mais moi je ne suis pas malade », « Je suis un peu fatigué, mais ça n’est rien à comparer de ce qu’elle vit. ». Or chacun mérite de prendre soin de sa santé … ne serait-ce que pour pouvoir continuer à soutenir le malade dont il a la charge !

Un accompagnement, d’une séance ou plusieurs, c’est une parenthèse pour :

  • se confier et bénéficier d’une écoute attentive et neutre affectivement,
  • évacuer les trop-pleins d’émotions, d’incompréhension, de frustration,
  • prendre du recul pour trouver sa place dans cette situation accaparante,
  • préserver son moral et son optimisme et ainsi garder l’énergie nécessaire pour traverser cette épreuve le plus solidement et sereinement possible,

sexualité-couple-maladie-cancer-sophrologueEt pour un.e conjoint.e aidant.e, c’est aussi trouver sa place dans cette relation tri-partite (l’aidé.e, lui/elle, et la maladie ou le handicap), accepter les changements, déposer ses rêves brisés … pour en construire de nouveaux qui composent avec la situation actuelle, envisager l’avenir autrement … et apprendre à vivre pleinement chaque jour les uns après les autres ; c’est aussi consolider son image quand les repères habituels sont bousculés, et réinventer une sexualité avec son conjoint dont le corps et la libido ont changé. Trouver une nouvelle identité au couple.

Enfin, l’annonce de la maladie peut être vécu comme un traumatisme interne, consciemment ou non, tant par la personne malade que par l’entourage ; il est donc important d’aller « nettoyer » ce souvenir de la charge émotionnelle qui s’est greffée dessus, et de débloquer ce qui s’est figé sous l’effet du choc.

Parce que l’Aidant est avant tout une personne à part entière, et pas seulement identifiée par rapport à son rôle auprès d’un malade, lui redonner sa place d’être et le soutenir, le soulager, l’écouter, est primordial.

Les Structures d’Aides

Depuis 2015, l’aidant familial bénéficie d’un statut juridique (loi du 28 décembre 2015) lui permettant d’obtenir plusieurs types de congés spécifiques (de répit, d’accompagnement) et d’allocations. Il peut demander un temps partiel par exemple, sans crainte de perdre son emploi, ou bénéficier d’un « congé proche aidant » depuis le 1er octobre 2020.

Depuis 2018, il est également possible que des collègues fassent un don de jours de congés (loi du 13 février 2018).

amour-mere-fille-vieille-dame-jeune-femmeDans le cadre de l’allocation personnalisée à l’autonomie (APA), l’aidant peut avoir accès à des solutions temporaires pour le soulager dans les tâches du quotidien, et garder du temps pour le meilleur de la relation affective avec la personne qu’il/elle soutient.

Il existe, pour de nombreuses maladies, des associations, des plateformes de répit, des réseaux sociaux, des forums des aidants, des « Cafés des Aidants » : un moment d’écoute avec des professionnels, des conseils d’ordre administratif, ou des échanges entre Aidants pour partager les inquiétudes, recevoir un soutien, récolter des conseils, ou tout simplement souffler et penser un peu à soi.

D’autres associations proposent des vacances-répit, uniquement pour les Aidants familiaux, ou bien aidants-aidés, avec des personnels expérimentés pour s’occuper des aidés et permettre aux Aidants de profiter pleinement de ces moments de repos.

Malgré tout, il est parfois nécessaire d’aller plus loin dans l’accompagnement, avec un suivi individuel, juste pour soi …

Vous trouverez une liste non exhaustive des structures d’aide aux Aidants sur cet article : Aider les Aidants.

Quelques chiffres
  • 11 millions de Français sont actuellement un Aidant, soit 1 Français sur 6.
  •  90% d’entre eux le sont pour un proche de la famille.
  • 43% d’hommes, 57% de femmes composent la population des Aidants.
  • 81% ont moins de 65 ans, 44% ont moins de 50 ans. Ils sont à 62% salariés.
  • 1h54 est le temps moyen par jour consacré à l’aide au proche malade.

Les principales difficultés rencontrées sont : 

  • 38% : le manque de temps
  • 32% : la fatigue physique
  • 26% : la complexité des démarches administratives

 

Source : https://www.fondation-april.org

Nathalie Delaunay, semeuse d’étoiles

Sophrologie Optimiste et Dien Chan, spécialisée dans l’accompagnement des Aidants et des Aidés (porteurs de maladie ou de handicap, personnes âgées).

Envie de devenir un « Aidant Optimiste » ? Prenons rendez-vous ! Contactez-moi au 06.78.07.34.10. (ou remplissez le formulaire de contact.)

 

 

Les Longues Maladies

Cancers, maladies chroniques, rares, dégénératives : comment vivre au mieux son quotidien ?

Véritable bouleversement lorsqu’elle s’annonce, la maladie ne doit pas pour autant devenir une interdiction au bonheur, une impasse sur le chemin du mieux-être. Alors comment composer avec les changements indéniables qu’elle apporte ? (une page pour les Aidants familiaux se trouve ici).

thérapeute-cancer-maladie-annecy-nathalie-delaunay

La maladie demande de faire un DEUIL, de sa vie d’avant, de certaines facultés physiques ou intellectuelles, de certains rêves parfois aussi.  L’accompagnement que je propose vise à apprendre à réorganiser son quotidien et ses humeurs en fonction de la maladie et de ses conséquences. Il apporte une prise en compte globale de l’être, tant sur le plan psychologique (moral et estime de soi), que sur les problématiques physiques (douleurs, sommeil, fatigues), et les déséquilibres émotionnels (anxiété, angoisses, fortes émotions) qui en découlent. L’objectif étant de sortir de sa solitude et/ou de son désespoir, pour préserver ou relancer sa capacité à vivre pleinement.

Pour écouter l’émission du 28 février 2019 dans laquelle je présente l’accompagnement que je propose aux personnes porteuses de longue maladie, cliquez sur le lien suivant : France Bleue Pays de Savoie.

Les bénéfices d’un accompagnement

Ainsi, à l’aide de la Sophrologie Optimiste, de l’Hypnose participative et du Dien Chan, la personne peut :

  • se préparer aux examens médicaux et aux annonces de résultat,
  • préparer son corps à recevoir un nouveau traitement,
  • apprendre à mieux gérer la douleur et éviter de la subir,
  • préserver la qualité de son sommeil,
  • se créer un espace intérieur de repos et de ressourcement, un hâvre de paix,
  • (re)découvrir certaines compétences qui avaient été mises de côté, et qui aujourd’hui peuvent s’avérer épanouissantes,
  • s’offrir tout simplement un moment de détente, et pouvoir le reproduire chez soi facilement.

Participer activement et efficacement à l’amélioration de sa santé, une des clés du Mieux-Être.

Et pour gagner en autonomie,

dans le processus menant au mieux-être, tant moral que physique :

sophrologue-maladie-cancer-annecy-nathalie-delaunay

  • apprendre à accepter la situation qui se présente à nous, et ainsi préserver son moral,
  • faire de sa respiration un atout, un outil efficace pour gérer son stress, ses anxiétés ; faire descendre la pression, retrouver le calme,
  • (re)prendre contact avec son corps, pour en percevoir les tensions musculaires et les atténuer ; pour également se relier aux parties qui fonctionnent, qui sont sans douleur, voire même agréables,
  • apaiser son mental et les inquiétudes ou ruminations qui perturbent de jour comme de nuit,
  • réguler les déséquilibres internes (émotionnels, fatigues, inflammation, troubles digestifs, tremblements…),
  • atténuer les effets secondaires de certains traitements,
  • se réapproprier son corps, avec les modifications qu’il subit ou a subi (ablation, paralysie, dysfonctionnement…)
  • et tant d’autres choses encore !

Et parce que le mieux-être passe aussi par des parenthèses de douceur, je vous propose des moments détente adaptés aux spécificités de votre corps.

Cet accompagnement concerne tant les porteurs de maladie que les aidants, la famille. Des séances de couple ou en famille (parents, enfants, grands-parents, ami-es) peuvent être envisagées, pour garder le moral ensemble, consolider les liens, partager une expérience positive unifiante.

Vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement ? Contactez-moi par SMS au 06.78.07.34.10 – réponse rapide –  ou via le formulaire sur cette page.

Pour lire des témoignages d’accompagnements, rendez-vous sur le blog-actualité, rubrique Parcours de Santé (Parkinson, Alzheimer, Sclérose en Plaques, MiCi, Cancer au masculin).

Pour écouter l’émission du 10 octobre 2019 dans laquelle je présente l’accompagnement que je propose aux personnes concernées par le cancer, cliquez sur le lien suivant : France Bleue Pays de Savoie.

thérapeute-sophrologue-cancer-maladie-annecy

Pour rappel : un accompagnement en sophrologie, en hypnose ou en dien chan est un complément au suivi et à la prise en charge médicale. Il est important de suivre l’ensemble des traitements qui vous sont prescrits, et de signaler à votre médecin traitant l’accompagnement que vous engagez en parallèle.

Les Épreuves de vie

« La Vie est une succession d’épreuves et de moments de repos savoureux. »

épreuves-vie-accompagnement-sophrologie-optimisteEt selon l’état intérieur dans lequel nous nous trouvons, ces épreuves peuvent être une simple flaque d’eau sur notre chemin, ou un torrent dévastateur qui en éboule les fondements. Deuil, maladie, séparation, déménagement, licenciement, burn-out, retraite, départ des enfants, accidents, handicap, stérilité, … elles se présentent sous des formes différentes selon chacun. J’ai tenté de les classifier en 4 catégories pour mieux les définir :

  • les deuils : d’un enfant, d’un parent, d’un conjoint, d’un frère, d’une soeur, d’un jumeau/jumelle, d’un rêve,
  • les maladies : cancers, fibromyalgie, maladies neuro-dégénérations (SEP, Alzheimer, Parkinson, maladie de Charcot…), endométriose, les MiCi, les maladies orphelines ou rares, les handicaps et maladies invisibles…,
  • les étapes de vie : l’adolescence (de soi, de son enfant), devenir parent, licenciement, passage à la retraite, la ménopause, déménagement, séparation, la vieillesse (de soi, de ses parents)
  • les burn-out : professionnel, parentaux, estudiantins, (voire plus jeune encore)

Pour accompagner les personnes vers un état plus positif, j’utilise différentes techniques que vous pouvez trouver sur la page Mes Techniques (sophrologie, psychologie positive, dien chan, hypnose participative et PNL).

Vous trouverez un 5ème onglet dédié à ceux qui, au quotidien, soutiennent les personnes fragilisées ou dépendantes (malades, personnes âgées, handicapés) : les Aidants Familiaux ; car eux aussi ont besoin d’être soutenus, écoutés, encouragés. Un article leur est également consacré sur mon blog, Aider les Aidants.

Et un ultime onglet concernant l’Hypersensibilité, qui est une épreuve en soi quand on n’a pas été entouré de personnes en connaissance de cette particularité… et qui est un merveilleux atout quand on apprend à vivre avec.

En cliquant sur la thématique de votre choix, vous arriverez sur une page plus détaillée, expliquant le déroulement de l’accompagnement que je vous propose.

maladie-sophrologie-haute-savoie-annecyVous pouvez également trouver sur mon blog des témoignages d’accompagnement (« Des Parcours de Santé » et « D’Épreuves d’En-Vie ») et des écrits sur divers « Astuces A-Testées » pour mieux vivre le quotidien.

Pour me contacter ou prendre rendez-vous, merci de remplir le formulaire sur cette page.

Retraite en Résonance

Ah, La Retraite !!!

Extrait : (Léonce vient d’être mise à la retraite) : « Le lendemain matin, elle ouvrit les yeux à 6 heures. Les oiseaux chantaient, comme chaque jour. Bien sûr, ils n’allaient quand même pas la boucler juste parce que Léonce était à la retraite, mais quand même, elle aurait apprécié un petit geste. 

Elle se leva et vit le carton qu’elle avait rapporté la veille. Ses affaires à elle. Un seul petit carton, voilà tout. Une vie entière de travail. Ça vous fait réfléchir. (…)

Forcément, se lever de bonne heure quand on ne travaille plus, ce n’est pas facile tous les jours. C’est curieux comme le temps prend un malin plaisir à passer lentement. Il traîne, c’est infernal. Léonce décida de faire un brin de ménage. Elle allait en passer du temps chez elle, maintenant. Elle nettoya l’appartement consciencieusement, mais la tristesse ne la quittait pas. Elle ouvrit le carton qu’elle avait rapporté de l’atelier.

« Je suis une vieille bique, je ne sers plus à rien. Je suis bonne à jeter. »

Elle se mit à pleurer pour de bon. Le carton absorbait ses larmes.

Et dire que quand elle était jeune, elle y pensait à la retraite ! Ne plus travailler, avoir ses journées rien qu’à elle, avec de la place pour faire des plans sur des comètes… 

La vérité, c’est que dans la vie, vous commencez par grimper les escaliers quatre à quatre, et vous finissez sur un monte-charge.(…) Tu parles d’une réjouissance ! »

Ondine Khayat, Les Petits Bonheurs 

Enfin !!! La-RE-TRAi-TE !!!

Et toutes ses possibilités : le temps libre, les grasses matinées, les siestes au soleil, les rêves qui se réalisent, les activités qu’on n’a jamais eu le temps de pratiquer, les amis, les petits-enfants, les voyages…

… les déprimes, les insomnies, les engueulades plus fréquentes avec son conjoint, la solitude, l’ennui, la panique, la baisse d’estime de soi, les incompris …

et toutes ses questions : « je sers à quoi maintenant ? », « je vais faire quoi de tout ce temps ? », « je ne vaux plus rien, la société m’a mis.e à la porte », « pfff ça sert à quoi, de toutes façons je vais bientôt mourir », « et si j’ai une maladie ? »

et toutes ces inquiétudes : « j’ai peur de la mort qui se rapproche », « mon conjoint ne me désire plus depuis que je suis à la retraite », « mes ami.es, eux travaillent encore, du coup je me sens seul.e », « je me vois vieillir, je me sens moche », « je sens bien que je n’ai plus les capacités d’avant » …

Toutes ces appréhensions jetées dans mon cabinet, si lourdes de tristesse, de peurs, de déception … de désespoir ! Alors la retraite ? Belle opportunité ou belle arnaque ? 

Vous accompagner pour :

L’adaptation du départ

Se construire une nouvelle vie, de nouvelles en-vieS

La Belle opportunité

Les petits bonheurs – livre

L’adaptation du départ

La retraite apporte un réel changement dans le quotidien : après 40 ans (ou plus) de bons et loyaux services, un simple « merci et adieu » – quand tout se passe bien ! – et vous voilà éjecté.e du monde du travail. C’est ainsi que peut être vécu le départ à la retraite … pas vraiment exaltant. Et pourtant …

Faire preuve de souplesse, d’adaptabilité, de créativité, tel est le challenge de ce radical tournant de vie, dont on sait qu’il est sans retour possible.

Faire le deuil d’une tranche de vie bien remplie, qui a – ou pas – réalisé les rêves de réussite sociale et familiale de notre adolescence.

Accepter que l’on n’a plus sa place dans ce monde-ci … mais pour autant est-ce prétendre que vous n’avez plus de place nul part ?

Vous accompagner pour : retraite-sens-sophrologue-annecy-seniors

  • Tourner la page en douceur … comme on le fait naturellement à l’adolescence pour passer à l’âge adulte, avec enthousiasme et fierté,
  • Faire le deuil de cette phase médiane de votre vie en remplaçant la nostalgie par la gratitude, et savoir repérer ce qui vous a été permis et offert durant cette période,
  • Arriver à renoncer aux rêves qui n’ont pas pu se réaliser et qui ne pourront plus l’être – peut-on tout réaliser dans une seule vie ?
  • Trouver de nouveaux repères dans ce nouvel environnement (chez soi toute la journée, le conjoint en permanence, le temps de tout – mais de quoi ? …),
  • Oser regarder le présent pour rêver et construire le futur.

Cette phase peut se préparer en amont du départ officiel, pour envisager cette étape et préparer le cerveau à ce changement.

Se construire une nouvelle vie, de nouvelles en-vieS

La retraite est un nouveau départ, une nouvelle tranche de vie qui commence, pleine d’inconnus, sur son nouvel environnement, ses nouveaux choix, son nouveau Moi.

Apprendre à se (re)découvrir est une première étape. Car passer d’un quotidien bien orchestré du matin au soir à un vide, d’un cercle social quotidien à des tête-à-tête permanents avec soi-même, peut donner le vertige. Et des angoisses peuvent apparaître. De l’anxiété, des inquiétudes, un sentiment de perdre pied. Solutions ?

Ancrage, respiration, introspection : qui suis-je dans ma soixantaine vide de projets ? Que veux-je réellement ? On nous laisse si peu l’occasion, depuis déjà les bans de l’école, de choisir en écoutant ce qui résonne au plus profond de soi-même, que lorsque le temps est enfin venu d’en avoir la possibilité, c’est bien déroutant. Une page blanche pour un bonheur à construire. Et panne sèche …

Donner un sens à sa nouvelle vie, à ce quotidien qui s’égraine, plus ou moins agréablement selon chacun. La sophrologie est un mode de vie à part entière qui reconnecte à soi, à son corps, ses facultés, ses ressentis, ses compétences, ses autres dimensions.

Vous accompagner pour :

  • Consolider les bases de votre sécurité intérieure – tout va bien, vous êtes juste en train de muer une nouvelle fois !,
  • Retrouver le chemin qui vous mène à vos envies et vos rêves en attente,
  • Découvrir vos talents cachés, encore inexploités, et qui ont toute leur place dans ce nouveau chapitre,
  • (Ré)ouvrir votre confiance à la beauté des lendemains sans nom… aux opportunités !

La Belle Opportunité

Vous en rêviez ? Vous l’attendiez avec impatience ? Ce repos, cette liberté … alors vivez-les !

Une fois que vous vous êtes adapté.e, que vous avez découvert qui vous êtes aujourd’hui et ce qui vous rendrait heureux-heureuse, il n’y a plus qu’à !

Tout est possible !

souplesse-senior-reflexologie-annecy Certes, des limites sont posées, physiques, financières, personnelles, mais il en est ainsi à chaque étape de la vie : quand on est enfant, et que tout est possible, on a cependant la limite de nos parents et de notre immaturité, compensée par notre innocente et indéfectible foi en la Vie. Retrouvez-la !

Quand on est adolescent.e, et que tout est possible, on a cependant la limite de nos parents (et oui encore !), de nos moyens financiers, des lois qui protègent nos droits et étouffent nos rêves, mais on a « l’insolence » de croire que rien ne peut nous résister. Retrouvez-la !

Quand on est trentenaire, et que tout est possible, on a cependant la limite de nos par… ah non c’est fini – ou pas !-, de nos enfants (ou plutôt de notre rôle de parent), de nos crédits, de notre carrière, compensées par cette confiance en soi et cette farouche volonté de réussir. Retrouvez-les !

Et ainsi de suite à chaque étape de notre vie : limites et qualités compensatrices. À l’âge de la retraite, c’est la même chose ; alors quelles sont les options pour détourner les limites à cette étape-ci ?

La Vie est un jeu !  Avec des règles, des obstacles, et des solutions. Jouez, imaginez, inventez, contournez, détournez, combinez, créez … et gagnez !

Vous accompagner pour :

  • Prendre la Vie comme un jeu et la retraite comme une nouvelle partie qui démarre,
  • Et donc retrouver la joie et l’enthousiasme de jouer avec les nouvelles règles, les nouveaux atouts, les nouveaux objectifs de ce jeu.
  • Voir EN VOUS les nombreuses solutions,
  • Oser modifier les règles et les adapter à vos circonstances et vos envies,
  • Bref, vous permettre de JOUER À LA ViE !

_______________________________

Vous êtes concerné.e par cette étape de vie, et souhaitez un accompagnement ? contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Pour en savoir plus sur cet accompagnement, en séances thérapeutiques ou en suivi-coaching, voir la page Accompagnements.

La sophrologie et le dien chan sont des techniques complémentaires aux traitements médicaux prescrits qu’il convient de suivre.

_______________________________

Les Petits Bonheurs – Ondine Khayat : Quand Léonce se retrouve à la retraite … pérégrinations et péripéties d’une femme mûre et maussade, en quête d’un nouveau sens à sa nouvelle vie.

LesPetitsBonheurs-OndineKhayatLéonce a beau avoir 72 ans, être mise à la retraite du jour au lendemain lui reste en travers de la gorge. Soudain, elle se sent vieille et inutile, ce qui n’arrange pas son caractère.

Qu’à cela ne tienne, ses voisins décident de la sortir de cette mauvaise passe et vont s’ingénier à lui insuffler le goût de vivre.

Et ça marche ! Bienfaits des différences, rapprochement des générations, miracles de la solidarité, le tout saupoudré de fantaisie : rien de tel pour redécouvrir les joies de l’existence.

« – Qu’est-ce que vous avez, Léonce ?

– Rien du tout.

– Mais si, je vois bien que vous boitez. Vous marchez comme une vieille.

– Mais je suis vieille.

– Pas pour moi. Et Valentine pense pareil.

– Vous êtes complètement aveugles, les enfants !

– Au contraire. On est en pleine possession de nos moyens.

– Je dirais plutôt que vos moyens sont très limités. En fait, on est pareils, vous et moi. Vous ne pouvez pas encore, moi je ne peux plus. Total, on est coincés.

– On n’est pas coincés, nous.

– Et ben, qu’est-ce qu’il te faut ! Si tu veux aller quelque part, tu dois demander à ta mère, et si elle ne veut pas, tu restes cloué là.

– Si je veux aller quelque part, j’y vais.

– Ah bon ? Et tu fais comment ?

– J’imagine.

– Tu imagines ?

– Je pense très fort à l’endroit où je veux aller, et pour ça, je n’ai besoin de personne. J’y vais, c’est tout. »

… cela s’appelle de la visualisation créatrice positive en sophrologie

Une fin heureuse est-elle possible ?  A vous de lire la suite … ou de l’imaginer pour vous-même 😉 

Copyright 2019 - Étoile et vieS - Mentions légales