Gisèle N., 83 ans, Parkinson et déprime

« J’habitais dans une jolie maison qu’on avait acheté mon mari et moi, au bord du lac, avec un jardin dont je pouvais m’occuper. J’étais souvent dehors. Mais voilà, ma fille s’inquiète pour moi, alors elle m’a placée dans cette résidence adaptée pour les seniors… mais je m’ennuie ! Ça n’est pas chez moi. Et puis avec Parkinson qui s’est déclenché il y a 4 ans, je perds de mes facultés, ça devient plus difficile de marcher, j’ai moins envie de sortir. Je me sens vieillir. »

Sur les conseils de son médecin généraliste, Gisèle a fait appel à mes services pour des séances de sophrologie. Elle déprimait. Ce nouveau cadre de vie ne lui convenait pas, elle n’arrivait pas à tourner la page de près de 60 ans de vie au côté de son mari, maintenant décédé, elle se sentait mal dans cet appartement choisi par sa fille aînée. Et puis cette maladie … « quelle pouasse ! »

Parkinson-sophrologie-annecy-nathalie-delaunayLors de la première séance, nous avons travaillé avec sa respiration. L’objectif était de lui mettre à disposition un outil facile à utiliser pour apaiser par elle-même son stress, et amener de la détente, tant physique que mentale. Avec une pratique régulière, cela a eu des effets bénéfiques sur les tremblements de son corps et la qualité de son sommeil.

« Je me sens diminuée. » m’a-t-elle avouée lors de la deuxième séance. Nous sommes donc parties à la rencontre de ses valeurs, de ses capacités, sans nier la réalité de celles qui se dégradaient, mais en allant en développer d’autres pour raviver l’image qu’elle avait d’elle-même. Car si une faculté s’affaiblit, il y en a toujours une autre à développer pour compenser. Et avoir une bonne estime de soi est important pour garder le courage, l’envie, et une aptitude à vivre ses journées de manière plus optimiste.

La sophrologie est une technique aux approches variées et complètes. Gisèle a découvert la relaxation active : il s’agit d’effectuer des mouvements lents en se concentrant sur tous ses ressentis, corporels, émotionnels et sensitifs. Ainsi, elle réapprivoisait ce corps qui semblait lui faire défaut : ressentir les sensations dans toutes les parties du corps, écouter les signes, surtout lorsqu’ils sont agréables, se recentrer sur ses 5 sens, détendre certaines contractions, retrouver de la souplesse dans ses membres, quel plaisir !

« C’est comme une danse ! Je me sens vivre dans mon corps, je deviens plus souple, c’est merveilleux ! » me dit-elle avec des étoiles dans les yeux et un sourire de jeune fille aux lèvres.

Par des techniques d’ancrage, Gisèle a appris à renforcer son équilibre, à développer le ressenti sous la plante des pieds, et à stabiliser sa posture à la verticale.

Réflexologie-senior-parkinson-sophrologieCertains jours, Gisèle était fatiguée. Je pratiquais alors le Dien Chan : allongée, elle n’avait qu’à profiter de ce moment de détente sans rien faire d’autre que d’accueillir ce que son être recevait. Cette technique de réflexologie faciale, indolore, agit, via les terminaisons nerveuses, pour ramener au mieux l’homéostasie, c’est-à-dire l’équilibre naturel du corps. Elle est ainsi efficace sur les baisses de vitalité, la qualité du sommeil, l’anxiété, les ruminations mentales, les douleurs corporelles, les tensions musculaires et nerveuses…

À d’autres moments, le moral n’était plus de mise, l’inquiétude prenait le dessus. Parkinson entraîne ce genre de symptômes : la diminution de la sécrétion de dopamine a une influence sur l’état de la personne, et peut provoquer des pics d’anxiété, parfois même jusqu’à entraîner une dépression. Par des exercices de visualisation créatrice et positive, je la guidais dans une séance de « météo intérieure » pour chasser les nuages gris dans sa tête et placer un soleil dans chacun de ses organes vitaux, pour se créer un espace intérieur de calme, ou encore voyager dans un lieu qui lui apporte sérénité, chaleur, joie… selon les besoins du jour.

« Je suis retournée dans le jardin de ma maison et j’ai désherbé les jardinières pour que les fleurs poussent mieux. Ça m’a fait du bien, je me sens ragaillardie. »

Aujourd’hui, Gisèle s’entraîne régulièrement, en variant les pratiques selon ses envies, à son rythme. Elle retrouve ainsi de l’autonomie en prenant soin d’elle, et son estime d’elle-même s’en trouve revalorisée. Elle ne me demande une séance que lorsqu’elle a besoin d’un petit coup de pouce.

Bien sûr, ni la sophrologie ni le dien chan n’ont guéri son Parkinson, mais ils en ont atténué les effets, lui ont redonné le sourire, et c’est tout le quotidien de Gisèle qui en est amélioré.

aide-senior-parkinson-sophrologieParce que la Vie c’est tous les jours,

agissons ensemble pour qu’elle se vive pleinement à chaque étape.

Pour un accompagnement en tant que personne ayant le Parkinson, ou en tant qu’aidant, contactez-moi via le formulaire sur ce lien.

Résumé des bienfaits de l’accompagnement sur Parkinson
  • Gisèle a gagné en flexibilité, en mobilité corporelle, en équilibre.
  • Elle sait maintenant s’apporter de la détente grâce à la respiration, et apaiser temporairement les tremblements et les tensions musculaires.
  • Parfois même, elle arrive à calmer les douleurs en focalisant son attention sur d’autres parties saines de son corps.
  • En acceptant la situation et en faisant le deuil de sa vie d’avant-Parkinson, elle s’est apportée de la légèreté et une faculté à observer le positif dans son quotidien.
  • En découvrant et développant de nouvelles capacités, Gisèle a su enlever son stress et développer son estime d’elle-même.
  • Elle sait également remonter son moral, en s’évadant par visualisation dans un lieu agréable.
  • Par une attitude plus positive, elle a appris à regarder les rayons de soleil là où ils se trouvent dans sa vie.

sophrologie-senior-heureux-

Les « parcours de santé » sont tirés de témoignages des personnes que j’ai accompagnées. Les prénoms et certains éléments ont été modifiés afin de préserver l’anonymat. Les citations sont celles des consultants.

La sophrologie et le dien chan sont des techniques complémentaires aux traitements médicaux prescrits qu’il convient de suivre.